AccueilÉDITO

La réalité détournée grâce à un iPhone

Publié le

par Louis Lepron

Un iPhone, une image choisie au préalable et un environnement : les ingrédients simple du projet photographe d'un Français, François Dourlen.

Se servir de paysages ou de situations pour mieux les détourner, voilà le curieux hobby de François Dourlen. Et une bonne partie de la Toile commence à partager ses montages qu'il veut inscrits dans le quotidien.

Un cimetière ? Un zombie s'accroche à une tombe, les yeux injectés de sang. Un bateau échoué sur la plage ? Le couple Kate Winslet - Leonardo Dicaprio de Titanic revit. Une photo tous les deux jours sur sa page Facebook, voilà à peu près son rythme de publication.

Comme il le précise au Huffington Post, son processus photographique est simple :

Je charge l’image sur mon téléphone, j’essaie de la faire coïncider avec la réalité et je prends la photo avec mon appareil reflex. Ensuite je la retouche pour donner de la cohérence à l’image.

Rien de nouveau sous le soleil

Pour autant, cet engouement pour François Dourlen est à prendre avec des pincettes. Internet est une terre où les soufflets sont légion, prendre en compte d'autres séries de photographies permet de relativiser l'originalité du concept.

Il y a quelques mois, le travail du journaliste canadien Christopher Moloney, émigré à New York, faisait parler de lui. Sa lubie ? Entrevoir la grosse pomme tel un immense terrain de jeu, à la poursuite des films et de leur lieux de tournage. A l'instar de François Dourlen qui utilise des images via son iPhone, Christopher Moloney imprimait des captures d'écran de productions pour les faire coïncider avec leur lieu de tournage originel.

Ici, un exemple avec S.O.S. Fantômes :

S.O.S. Fantômes, dans son élement, à New York (Crédit Image : Christopher Moloney)

Plus récemment, un petit malin s'était amusé avec les têtes des usagers du métro à l'aide de journaux. La reine d'Angleterre, Yoda ou une autruche, tout y passait :

On vous conseille également :

À voir aussi sur konbini :