Des étudiants, en doudoune, travaillent sur leur ordinateur à Pyongyang (Crédit Image : AP / David Guttenfelder)

La Corée du Nord télécharge aussi des séries et du porno

Internet existe bel et bien en Corée du Nord. Mais quelles sont les pratiques de ses citoyens-internautes ? TorrentFreak a jeté un coup d'oeil du côté des téléchargements illégaux.

corée du nord

Des étudiants, en doudoune, travaillent sur leur ordinateur à Pyongyang (Crédit Image : AP / David Guttenfelder)

Après le Vatican, place à la Corée du Nord. On pouvait penser que ces lieux étaient tels des coffres-forts, éloignés des affres d'Internet et des téléchargements hors-la-loi. Bien mal nous en a pris : dans un premier temps, on vous avait déjà parlé des dérapages du Saint-Siège sur la Toile, avec quelques références bien senties au sado-masochisme.

Publicité

Dans un deuxième temps, les Nord-Coréens. Selon le site TorrentFreak, habitué à scruter à la loupe les comportements des internautes de par le monde à travers BitTorrent, les Nord-Coréens ont les mêmes comportements que nous : ils téléchargent des séries américaines, des films et du porno. C'est en tout cas ce que révèlent des recherches auprès d'adressees IP nord-coréennes en sachant que l'accès à Internet n'est pas un sport national en Corée du Nord.

Pour autant, on retrouve des séries populaires (How I Met Your Mother, The Following), des films (Life of Pi, Death From Above) et, presque logiquement, du porno :

Publicité

Un accès Internet limité

L'accès à Internet en Corée du Nord est soumis à autorisation et si seulement l'utilisateur s'en sert pour les biens du gouvernement nord-coréen. Pour ce qui est des citoyens nord-coréens, ils ont un unique  réseau appelé Kwangmyong, créé aux alentours des années 2000, accompagné d'un unique fournisseur d'accès à Internet , Star Joint Venture Co.

Il permet de connecter par Internet des universités, librairies, cybercafés et autres institutions au sein de la Corée du Nord mais n'accorde pas le droit aux internautes de visiter des sites externes au pays. Comme le précise TorrentFreak, leur enquête chez la soeur dictatoriale n'est pas sûre à 100% car les adresses IP nord-coréenne peuvent avoir été piratées.

On vous conseille également :

Publicité

Source : Slate

Par Louis Lepron, publié le 15/04/2013

Copié

Pour vous :