Joshua Hoffine : le photographe des terreurs enfantines

Joshua Hoffine a photographié les peurs de l'enfance. Mais pas n'importe lesquelles, non. Seulement celles qui ont fait de ton sang du lait caillé, l'oeil vissé au trou de nos serrures imaginaires.

Les cauchemars de l'enfance ne sont pas mignons ! On nous raconte des histoires avec des loups, des forêts mystérieuses et on s'étonne ensuite que nos rêves soient peuplés de monstres poilus aux yeux de minotaure. La peur. Celle qui tapisse nos murs de créatures difformes quand, plongée dans le noir, la chambre se transforme en tous les cercles de l'Enfer.

Publicité

Les frayeurs de l'enfance, c'est ce que le photographe Joshua Hoffine a tenté de toucher au plus près dans sa série Horror Photography.

Joshua Hoffine, attrapeur de rêves

Entre les cauchemars et les angoisses de monstres coincés sous le lit, il y a de quoi faire dans le traitement de nos peurs enfantines. Que dire de ces contes qui façonnent notre imagination et de tout ce qui, enfant, nous fait prendre l'ombre d'une plante verte pour le visage de la Faucheuse. Une fois adulte et la crainte de ces phénomènes passée (en théorie), il reste souvent un seul regret : ne pas avoir gardé une trace de la créature qui hantait nos nuits de jeunes pousses.

Joshua Hoffine y remédie de tout son talent. Le bruit d'une porte qui grince, une boîte de conserve qui tombe, un reflet de soleil étrange qui danse sur le mur. Il en faut peu pour se faire des films. Ferme les yeux, réouvre-les.

Publicité

Publicité

Publicité

Pour cette série, le photographe a mis en scène ses propres filles. Si la démarche artistique est -comme souvent- personnelle, Joshua Hoffine lance toutefois un avertissement collectif :

L'horreur nous rappelle que notre sentiment de sécurité est illusoire et que les monstres sont partout autour de nous.

T'as compris ?

Crédits Images : Joshua Hoffine

Par Afifia B, publié le 17/07/2013

Pour vous :