Exposition : Philippe Parreno au Palais de Tokyo

Pendant deux mois le Palais de Tokyo accueil "Anywhere out of the World", une exposition carte blanche à l'artiste français Philippe Parreno. En attendant de nous y rendre, voici quelques infos sur ce réalisateur trop souvent boudé du grand public.

Exposition : Philippe Parreno au Palais de Tokyo

Philippe Parreno c'est le mec qui réussi à rendre poétique un match de foot opposant le Real Madrid et Villarreal dans Zidane, un portrait du XXIe siècle, 2006 (en collaboration avec l'artiste écossais Douglas Gordon). C'est aussi lui qui, en 2000, avec Pierre Huyghe achète les droits d'un personnage manga-heroïne, Annlee, afin de lui rendre sa liberté et de la libérer de son statut de produit.

Publicité

Vous l'aurez compris Philippe Parreno est un artiste-ovni qui agit souvent là où on ne l'attend pas. A travers nombre de médiums allant du film, à l'installation en passant par la mise en scène ou encore l'illustration, son travail interroge les différents moyens de narrations et de représentations de l'image, entre réalité et fiction.

Annlee dans No Gost Just a Shell en collaboration avec Pierre Huyghe, 2001

L'exposition comme médium

Il envisage l'exposition comme un médium à part entière dans laquelle le spectateur participe à rythmer une suite d'évènements eux-mêmes générés par les oeuvres exposées. Ce qui marque dans le travail de Parreno c'est son habilité à créer des situations fictives à partir du réel et de nous y faire participer.

Publicité

Lors de sa dernière exposition à la Serpentine Gallery de Londres en 2011, une série d'évènements allant du mouvement des stores de la galerie à l'enregistrement live de la rue accompagnaient le spectateur jusqu'au clou du spectacle : un film retraçant le dernier voyage du cadavre du sénateur Robert Kennedy de New York à Washington, June 8, 1968 (2009)

Pour ce film, esthétiquement si simple et parfait - Parreno s'est inspiré de réels footages réalisés en 1968 - le spectateur est lui-même sur le train, la caméra subjective nous faisant découvrir les paysages et visages des citoyens américains croisés, délivrant un dernier hommage à leur président.

extrait de June 8, 1968

Publicité

Avec tous ces portraits, Parreno cherche à suivre des personnages vivant des situations : un match de foot pour Zidane, l'acquisition d'une certaine liberté pour Anlee ou encore un dernier voyage pour Kennedy. Ses films produisent des images dans la tête du spectateur bien plus que des narrations construites. Et c'est cela qui intéresse Parreno :

Les images dans la tête des gens sont bien plus intéressantes à imaginer que les miennes

Anywhere Out of The World semble être un magnifique voyage dans le monde de Philippe Parreno qui se complète avec la rétrospective de son ami de longue date, Pierre Huyghe au Centre Pompidou (jusqu'au 6 janvier 2014).

Publicité

Par , publié le 18/11/2013

Copié

Pour vous :