Django Unchained censuré le jour de sa sortie en Chine

Django Unchained a été un carton au box-office français. Mais en Chine, le dernier Tarantino a connu la censure le jour même de sa sortie.

"Pour des raisons techniques, les projections de Django Unchained sont pour l'heure interrompues dans tout le pays" rapporte Sina.com, un portail chinois d'information. Le jour même de sa sortie, le dernier film de Quentin Tarantino, qui raconte les aventures de Django (Jamie Foxx), un esclave affranchi à la recherche de sa femme et accompagné du Dr. King Schlutz (Christopher Waltz), a été écarté des salles chinoises.

Publicité

A peine le film était sorti ce jeudi en Chine qu'il a subi les foudres de la censure. En cause, des scènes de nudité selon Sina qui citait des sources anonymes proches de l'industrie cinématographique chinoise. Comme l'expliquait au quotidien cantonais Nanfang Dushibao Zhang Miao, un responsable de Sony Columbia Pictures, Django Unchained, du fait de sa violence parfois crue, avait "benéficié" de quelques retouches : des tâches de sang plus sombres, des éclaboussures diminuées.


Bande-annonce de Django Unchained (2013)

Mais on est ici face à un cas particulier. A l'origine, même si la censure chinoise est opaque et souvent jamais justifiée, elle est réalisée en amont. Jamais en retard, ou le jour même de la commercialisation d'un film. C'était d'ailleurs le premier Tarantino a connaître une sortie commerciale dans l'Empire du Milieu.

Publicité

Un phénomène pas nouveau : l'exemple de Skyfall

Comme le précise L'Express, les films étrangers qui veulent passer par le marché chinois ont l'habitude de connaître le couperet de la censure. Les dernières victimes en date ? Cloud Atlas, amputé de 40 minutes ou Skyfall.

Le dernier James Bond avait ainsi connu plusieurs modifications, relectures ou cut intempestifs. Parmi les scènes écartées, on peut citer celle ou un tueur à gage français tue un garde de sécurité chinois dans un immeuble à Shangai. Le message était clair : en Chine, on n'élimine pas un chinois dans un film.

Publicité

Bande-annonce de Skyfall (2012)

Et ce n'était pas tout : des dialogues de Skyfall ont été retouchés mais d'une manière subtile : diffusé en version originale sous-titré, le James Bond voyait certaines de ses discussions être changées lorsque les sous-titres apparaîssaient. Bizarrement, les sous-titres ne correspondaient pas aux dialogues originaux des acteurs. Ainsi, oublié la référence de Javier Bardem à la torture chinoise qu'a connue son personnage. Les spectateurs, excepté les anglophiles, n'en sauront rien.

Et le dernier film en date à avoir subi une censure en prévision de sa sortie concerne World War Z avec Brad Pitt. Cette production apocalyptique avec une flopée de zombies n'a pas été appréciée à sa juste valeur. Là encore en cause, une scène non favorable à la Chine.

Publicité

On vous conseille également :

Par Louis Lepron, publié le 11/04/2013

Copié

Pour vous :