Des murs à la Toile : le GIF-ITI

Quand le graffiti croise la route de créations numériques comme les GIF, ça donne un métissage inédit et un néologisme : le GIF-ITI. 

GIF-ITI

 

Dans le registre de l'art, Internet a changé beaucoup de choses. Du partage de l'information jusqu'à la diffusion des oeuvres en passant par la création des mèmes, le web a bousculé les codes, chamboulé les habitudes et élargi l'horizon des possibles.

Publicité

C'était à prévoir que, de cette innovation technologique majeure, naisse une nouvelle race d'artistes et un nouveau genre d'oeuvres. De l'utilisation habile de la programmation en HTML 5, jusqu'à la production de GIFs artistiques, la Toile pullule d'initiatives et d'innovations en liens avec le numérique.

Ce qui est plus amusant, c'est la genèse d'un art numérique qui use des codes préexistants pour les croiser avec ce qu'a rendu possible la révolution WWW. Un métissage inédit entre ce qui se faisait avant l'invention pionnière de Tim Berners Lee, inventeur des internets, et ce qui est faisable à présent grâce à l'outil informatique.

Publicité

Ici, c'est de l'alliance de la bombe et du clavier dont il est question. Et l'idée ne date pas d'hier. On peut notamment citer les monumentales fresques de l'artiste italien BLU et les animations qui en résultaient. Mais cela n'allait pas jusque là. Ou du moins, c'est ce qu'on en pense.

INSA, pionnier du GIF-ITI

En 2010, INSA, graffeur londonien, a eu une petite idée. Plutôt que d'immortaliser sa création murale par une simple photographie, il a préféré en prendre plusieurs et les rassembler à travers un GIF interactif. Le concept fait son chemin et l'artiste britannique continue d'explorer les possibles de l'art dont il est le pionnier.

Publicité

En couleur et en mouvement bien sûr : un GIF-graffiti ou plutôt un GIF-ITI, le nom qu'il lui a été donné. Et le mois dernier, en collaboration avec AMOK (le groupe de Thom York) et XL Recordings, il a donné une vision apocalyptique d'Hollywood grâce à une fresque sur les murs du siège du label.

Alors oui, l'évolution d'une forme artistique est toujours à mêler au développement technologique de son temps. Cela a été le cas pour le graffiti qui n'est pas à sa première évolution majeure. Et la modification n'affecte pas uniquement la création et ses aspects techniques mais bien l'oeuvre en tant que telle, qui se déplace des murs de la ville sur les rivages de la Toile.

Publicité

Outre l'intérêt esthétique de ses créations, il convient de constater la modification majeure qu'elles constituent. Plus que de pallier le caractère éphemère du graffiti, l'oeuvre d'INSA ouvre de nouvelles pistes. Internet, plus grande galerie du monde ? Les murs, ne seraient-ils plus la finalité de l'oeuvre des graffeurs ? Signe et symptôme d'une hyper réalité en devenir ?

On ne saurait trancher. Sur ses GIF-ITI, reste à voir si d'autres suivront la même voix.

On vous conseille également : 

 

Par Tomas Statius, publié le 08/02/2013

Copié

Pour vous :