Le premier court de... Martin Scorsese

Pour se souvenir de son premier mot, on a des parents. On se souvient par contre rarement des premiers balbutiements des réalisateurs, souvent d'obscures courts métrages. Une erreur que Konbini répare chaque week-end. Cette semaine, Martin Scorsese.

Martin Scorsese

Martin Scorsese et Robert de Niro sur le tournage de Taxi Driver. Pas classe.

C'est en 1973, avec la sortie de Mean Streets que le génie de Martin Scorsese éclate à la face du monde. Harvey Keitel, Robert de Niro très jeune, les Rolling Stones, des gangsters : tout est déjà là. Deux ans auparavant, ce fils d'immigrés siciliens réalise un premier long métrage : Who's Knocking At My Door. Un bijou, comptant déjà Harvey Keitel dans ses rangs et servi par une sublime scène de sexe au son du "The End" des Doors.

Publicité

Encore deux années plus tôt, à seulement 25 ans, Marty produit son premier chef d'oeuvre. Court métrage de cinq minutes, The Big Shave mets en scène un homme, seul, se rasant face à son miroir. Aucun dialogue mais en fond sonore, une version de 1937 du standard "I Can't Get Started", jouée ici par Bunny Berigan.

The Angry Arts Against War

The “Angry Arts” Against the War Peace Walk, 1967. (c) Hardy Hanson.

A l'origine du projet, une manifestation artistique anti-Vietnam "The Angry Arts Against War", dévoilée une année plus tard au Festival de Cinéma Expérimental de Belgique. Filmé au Palais des Beaux Arts de Bruxelles, The Big Shave remporte à cette occasion le Prix de l'Âge d'Or.

Publicité

Un tournant dans la vie du jeune Scorsese qui traverse alors une phase de dépression. Allant jusqu'à éprouver, selon certaines sources, des difficultés... à se raser. The Big Shave, représentation de l'auto-destruction, se veut donc à la fois une oeuvre personnelle et politique.

Dès 1967, le jeune New Yorkais prédit une déroute américaine au Vietnam et hésite avec un autre titre : Viet 67. Des années plus tard, Marty déclare : "Consciemment, ce film était un cri de colère contre la guerre [du Viêt Nam]. Mais je pense qu'en vérité quelque chose d'autre se passait en moi qui n'avait rien à voir avec la guerre. C'était une très mauvaise période de ma vie, une très mauvaise période. "

Une nouvelle preuve que le mal-être, le spleen et la mélancolie restent le meilleur des carburants pour la création artistique.

Publicité

Martin Scorcese - The Big Shave (1967)

On vous conseille également :

Publicité

Par Thomas Andrei, publié le 31/05/2013

Copié

Pour vous :