featuredImage

Un coq bleu géant défie le général Nelson sur Trafalgar Square

Après Rachel Witheread, Mark Wallinger ou encore le duo scandinave Elmgreen & Dragset, c'est au tour de l'artisteallemande Katharina Fritsch d'occuper la célèbre "Fourth Plinth" de Trafalgar Square à Londres. Non sans peine.

AP Photo/Andy Rain, Pool

Le 25 juillet, après un discours provocateur comme il sait les faire, le maire de Londres Boris Johnson levait le voile sur Han/Cock (on vous laisse trouver le jeu de mot), un coq en fibre de verre bleu roi de 4,7m réalisé par l'artiste Katharina Fritsch et placé sur la place de Trafalgar Square.

Difficile de ne pas penser au symbole national français lorsque l'on regarde ce coq si fier et si bleu. Résultat, la nature de l'installation a déclenché une polémique outre-Manche. L'association de défense du patrimoine The Thorney Island Society y voit une sculpture "totalement inappropriée". L'oeuvre d'art fait en effet face (avec quelques mètres de moins tout de même) au général Nelson, l'homme qui a anéanti la flotte française lors de la Bataille de Trafalgar en 1805.

Boris Johnson x Han/Cock

Katharina Fritsch s'est vite défendue de quelque référence que ce soit au pays gaulois et raconte s'être rendue compte du symbolisme de l'animal une fois la proposition faite. Selon l'artiste, l'animal représente à la fois la "régénération, l'ouverture et la force" et est une parodie des manières masculines.

Fritsch est très fière que son travail soit visible en plein centre de Londres, au beau milieu du quartier des tailleurs de costumes masculins. Et de rajouter : " C'est une sculpture féministe étant donné que c'est moi qui l'ait réalisée, moi une femme représentant quelque chose de masculin. Historiquement cela a toujours été le contraire. Maintenant, on change les rôles. Et beaucoup d'hommes apprécient cela".

Contrairement aux membres de la Thorney Island Society qui y voient un outrage à la couronne, Boris Johnson s'excuse, avec une certaine ironie, envers la France :

J'espère que les Français ne prendront pas cette sculpture comme une excès de chauvinisme anglais - pour moi cela représente la récente victoire de l'Angleterre au Tour de France, que nous avons gagné deux fois d'affilées... C'est un symbole de fierté sportive française, apporté sous la forme d'un poulet à Londres. Nous avons érigé ce coq français au coeur de notre place impériale.

Sans oublier de mentionner à la fin qu'il était "très fier d'être le maire de la sixième ville de France". Sacré Boris. En tous cas, ce coq restera sur son socle jusqu'au mois de janvier 2015. A l'origine, il faut savoir qu'à cet emplacement aurait dû être érigée une sculpture équestre et virile de William IV (Roi du Royaume-Uni de 1830 à 1837). Mais faute de moyens, un coq terriblement français s'est accaparé l'espace.

Par , publié le 30/07/2013