C'en est fini des blagues Carambar

Carambar, c'est fini ? La marque de friandises, non. Ses blagues, oui. Explications.

carambar

Le 15 avril. Une date qu'il vous faudra entourer sur le calendrier de votre enfance. Ce jour là, dès lors que vous acheterez des Carambar, vous ne pourrez plus y lire les fameuses blagues qui ont bercé votre humour. Par exemple, on ne pourra plus retrouver cette fameuse question-boutade qui faisait partie de la série culte "C'est quoi le pire ?" :

Publicité

A la place ? "Carambar, c'est du sérieux". Voilà pour le nouveau slogan de la marque qui n'hésite pas à s'affranchir d'une part de son histoire. En remplacement ? Des quizz de culture générale et des "exercices ludo-éducatifs" qui traversent les domaines de la géographie, de l'histoire, des mathématiques ou du français.

Voici quelques exemples en images :

Publicité

Ou, comme le précise le site Ozap, "Qu'est-ce qu'un goulag ?". Trois réponses sont proposées :

Publicité

  1. "Une viennoiserie 
  2. Un sport nordique. 
  3. Un camp de travail forcé".
Ou comment apprendre l'histoire de l'URSS en se marrant un bon coup.

Des quizz à but pédagogiques

D'après une image publiée via Instagram, l'idée est de donner aux plus jeunes l'accès à de nouvelles connaissances.

Publicité

Capture d'écran Instagram

Il est ainsi écrit :

Carambar a décidé de s'engager dans une démarche d'accompagnement éducatif des jeunes consommateurs [...]. De nombreuses études prouvent qu'associer la transmission des savoirs aux moments de plaisir et de détente favorisent la mémorisation et l'apprentissage

Il faut savoir que Carambar va fêter ses 60 ans l'année prochaine et que cela fait 44 ans que des blagues ont été insérées dans ses friandises. Pour parfaire son changement de stratégie tourné vers l'éducation des plus jeunes, la marque (qui appartient au groupe Kraft Foods) a, toujours selon Ozap, entrepris une campagne de publicité alliant clips télévisuels et affiches dans les rues. Sur le site de Carambar, un décompte : plus que 3 jours et 15 heures. Avant que la nouvelle ne soit confirmée.

Quoi qu'il en soit, on est triste : une petite part de l'enfant qui sommeille en nous s'est envolée. Un peu comme si le Trivial Pursuit des grands avait débarqué à une soirée Carambar. Malaise.

On vous conseille également : 

 

Par Louis Lepron, publié le 21/03/2013

Copié

Pour vous :