ARRRGH! Monstres de mode à la Gaîté Lyrique

 

© Style et character design : Craig Green -- Photo : Daniel Lillie

Lady Gaga et Pixar nous l’ont appris : les monstres sont nos amis, il faut les aimer aussi. C’est donc sans crainte et l’esprit grand ouvert que vous pouvez vous rendre à la Gaîté Lyrique qui accueille depuis le 13 février, jusqu'au 7 avril, l’exposition ARRRGH! monstres de mode.

Publicité

ATOPOS Contemporary Visual Culture, exhibition ‘ARRRGH! Monsters in Fashion’ at the Benaki Museum, Athens, © photo: Panos Kokkinias.

Ne vous attendez surtout pas à visiter le musée des horreurs. À l’initiative du collectif grec Atopos, le projet rassemble 80 créations qui, contextualisées ainsi, deviennent créatures. On y trouve des monstres rigolos, à l’image des bestioles poilues de l’ami Charlie le Mindu ou du bidule-rouge-à-paillettes-avec-des-très-gros-yeux (Hybrides) d’On Aura Tout Vu, des monstres romantiques avec les silhouettes pastel de Kim Traeger (collection Run over rabbit), Erika Mizuno (Bear Skirt) et Mads Dinesen, ou encore des monstres rock’n’roll, entre autres chez Hideki Seo (Be Free) et Rick Owens. Ensemble, ils forment une véritable tribu fantaisiste où chacun a sa personnalité, animée par une ambiance sonore grinçante mais pas oppressante.

Kim Traeger, ‘Run-Over Rabbit’, BA collection Central Saint Martins College of Art and Design Fashion & Textiles Department, 2011, photo: Niall McInerney.

Publicité

Charlie Le Mindu + ATOPOS cvc, Atopic Bodies [ONE]: ‘Mr & Mrs Myth’, 2010, © photo: Vassilis Karidis.

En fait, la création la plus effrayante est probablement issue de la collection Give me back my name de Bronwen Marshall, pour la simple et bonne raison que sur le t-shirt est imprimée la vue plongeante d’une gorge humaine. La prestance de cette monstrueuse population trace les limites d’un univers bien plus riche que le notre, nous opposant un festival de couleurs, de formes et de textures quand de notre côté, on est finalement à peu près foutus pareils. Mais si ces freaks ne sont pas là pour faire peur, ils soulèvent quand même un léger malaise : ils ont pratiquement tous été créés pour être portés par des humains alors travestis en personnages fantasques aux caractères plus évidents que ce que laisse transparaître leur apparence naturelle.

Ces vêtements personnifiés, issus du phénomène du character design, évoquent subtilement une réalité numérique, celle de l'avatar. On peut tout à fait dessiner et contrôler notre identité virtuelle tandis que notre identité physique reste peu modifiable.

La démocratisation de tels monstres textiles interroge sur le rapport entre une personnalité et un corps qu'elle n'a pas choisi.

Publicité

Exposition ARRRGH! Monstres de mode du 13 février au 7 avril 2013
La Gaîté Lyrique, 3 bis rue Papin, 75003
Mardi-samedi : 14h-20h / Dimanche : 14h-18h

Rick Owens, F/W 2012, ©photo: Rick Owens.

Mads Dinesen, MA collection University of the Arts Berlin, 2010, photo: Corina Lecca.

Publicité

Par , publié le 15/02/2013

Copié

Pour vous :