Antoine de Caunes : the early days

Tout le monde connaît Antoine de Caunes dans son rôle de trublion de Nulle Part Ailleurs dans les années 90. Mais connaissez-vous son parcours pour en arriver là ? Petit point sur la carrière du futur présentateur du Grand Journal de Canal+.

Antoine de Caunes

Une des deux carrières présentes sur cette image s'est complètement arrêtée. Laquelle ?

L'annonce est tombée hier : c'est Antoine de Caunes qui animera le Grand Journal de Canal+. Alors que Maïtena Biraben était la présentatrice prévue au poste, c'est en fait ce parfait enfant de la télé qui occupera la place de Michou Denisot.

Fils de Georges de Caunes et Jacqueline Joubert, Antoine a de qui tenir. En 1949, son père est non moins que l'artisan du premier journal télévisé de l'ORTF. Sa mère, speakerine dès 1949, gravit un à un les échelons du monde cathodique pour devenir très vite directrice de l'unité jeunesse de l'ORTF, puis d'Antenne 2.

Bien que son carcan familial ne renifle pas spécialement la déconne, Antoine et son nom à particule sont passés par le rock, l'humour potache, la radio libre et la réalisation d'un biopic sur un dangereux iconoclaste. Retour sur un parcours mouvementé, celui d'avant les sketches avec José Garcia à Nulle Part Ailleurs. Puisque ceux-là, vous les connaissez déjà par coeur.

Jeune premier

Le jeune Antoine de Caunes, plongé dans le monde du petit écran depuis sa plus tendre enfance (un papa journaliste télé et une maman speakerine, ça laisse forcément des traces), fait son premier passage télévisé au JT de la nuit le 29 septembre 1958. Autant vous dire qu'on a un peu de mal à reconnaître Pine d'Huître.

Nouvelle mode enfantine

Rock critic

En 1978, Antoine de Caunes fait ses débuts à la télévision dans l'émission Chorus, seule voix d'expression de la musique rock à la télévision française (bien avant les Enfants du Rock). Avec son collègue Shitty (sic), il présente les dernières sorties de disques et un agenda concerts. Nous sommes le 24 septembre 1978 et l'humour pince sans rire du jeune animateur affleure déjà lorsqu'il dépeint la musique de Devo comme "le nouveau groupe à la mode de ceux qui pensent que l'apocalypse est déjà là".

Émotion aussi lorsqu'on se rend compte que Dire Straits faisait encore figure d'inconnus à l'époque : "c'est du rock anglais extrêmement bien fait", déclare le jeune Antoine en présentant la pochette de l'album éponyme du groupe de Mark Knopfler aux téléspectateurs. L'Histoire lui a donné raison.

L'actualité du disque par Antoine de Caunes et Shitty

Pionnier geek

Plus tard, le jeune Antoine de Caunes devient la caution jeux vidéo de Récré A2, l'émission de Dorothée. Il présente des chroniques au sujet du tout nouvel univers du divertissement numérique, comme dans l'extrait  ci-dessous où Dorothée et lui-même s'échinent à passer les niveaux d'un jeu vidéo de l'ordinateur Hector.

La machine était à la pointe de la technologie au salon du jeu vidéo 1983, cela n'empêche pas les premières minutes du sujet de montrer une Dorothée et un Antoine décontenancés devant la lenteur du gameplay du jeu en question. Un moment de télévision très étrange dans lequel il ne se passe rien. Une autre époque.

Dorothée et Antoine de Caunes au salon du jeu vidéo 1983

Défricheur de talents

Avant d'intégrer Canal+ pour y jouer son rôle de trublion, Antoine de Caunes fait un détour par la case radio et renoue avec ses affinités musicales. Entre 1984 et 1991, les Français pouvaient écouter l'émission Marlboro Music.

Dans ce programme, l'interprète de Didier l'embrouille fait découvrir la scène musicale de différentes villes américaines en s'y rendant. 150 canaux de radio de toute la France, dont Skyrock, diffusaient ce programme. Découvrez le spot (télévisé) de Marlboro Music ci-dessous.

Marlboro Music - spot TV

Patron du n'importe quoi

À partir de 1993, alors même qu'il est bien établi dans le journal présenté par Philippe Gildas, le père d'Emma anime l'émission Eurotrash pour la chaîne britannique Channel 4. En duo avec Jean-Paul Gaultier, de Caunes laisse éclater sa folie.

Le programme se veut une pastille comique se moquant des habitudes des Anglais, des Français, des Européens et même... du monde entier. Ci-dessous, un exemple où Jean-Paul incarne le "little doggy" d'Antoine. You can't miss it.

On vous conseille également :

Par Théo Chapuis, publié le 18/06/2013