AccueilÉDITO

Allemagne : 25.000€ pour retrouver un ancien nazi

Publié le

par Théo Chapuis

Efraim Zuroff, le directeur du Centre Simon-Wiesenthal à Jérusalem, présente l’opération Last Chance II. (Crédits : AP)

Le Centre Simon-Wiesenthal a lancé une grande chasse aux criminels nazis en Allemagne. À la clé : une récompense de 25.000€.

Efraim Zuroff, le directeur du Centre Simon-Wiesenthal à Jérusalem, présente l'opération Last Chance II. (Crédits : AP)

On ne peut pas reprocher à l'Allemagne de glorifier son sombre passé. Le Centre Simon-Wiesenthal a relancé la chasse aux nazis avec une campagne d'affichage très explicite portant l'inscription "Spät Aber Nicht Zu Spät", soit "Tard mais pas trop tard" (affiche en pied de l'article), relayée par Slate.

Et pour cause : l'historien israélien et directeur du Centre Wiesenthal à Jérusalem Efraim Zuroff a récemment déclaré au Tageszeitung qu'il ne restait "peut-être que deux, trois ans" afin de mettre la main sur les derniers criminels nazis. "Malheureusement, très peu de criminels nazis ont payé pour leurs exactions", commente encore ce chasseur de nazis confirmé. "Le passage du temps n'enlève rien à leurs crimes".

Wanted

L'opération s'appelle "Operation Last Chance II" et récompense de 25.000€ toute personne pouvant apporter une preuve de culpabilité concernant d'anciens criminels nazis. Les modalités de versement de cette somme se découpent en plusieurs parties : la personne qui a apporté la preuve reçoit 5.000€, puis 5.000€ supplémentaires après condamnation du criminel. Les 15.000 suivants sont délivrés quotidiennement : 100€ par jour pendant les 150 premiers jours de détention du coupable.

C'est le second coup de filet que tente le Centre Simon-Wiesenthal puisqu'une opération du même type avait été lancée en 2011. Cette fois-ci, c'est 2.000 affiches qui ont été placardées dans les villes de Berlin, Cologne et Düsseldorf. Comme nous le rappelle Der Tagesspiegel, elle avait mené à l'échec :

27 preuves en tout venaient d'Allemagne. Après avoir vérifié les informations, le Centre Wiesenthal a remis un unique cas au ministère public, mais celui a abandonné la procédure.

Le Centre Simon Wiesenthal a été créé en 1977 dans l'objectif clair et définitif de ne jamais laisser de répit aux anciens criminels nazis tant qu'ils seront en liberté. Selon Efraim Zuroff, le centre aurait permis de débusquer 3.000 criminels depuis la création du centre, "dont une quarantaine depuis 2003".

"Tard, mais pas trop tard". Affiche tirée à 2.000 exemplaires pour tenter les citoyens allemands à participer à la traque des criminels nazis.

On vous conseille également :

À voir aussi sur konbini :