Agan Harahap ou le photo manipulateur en chef

On avait connu l'artiste indonésien Agan Harahap pour son intégration de super-héros célèbres dans des clichés historiques. On le retrouve pour des relooking extrême des grands de ce monde. Sur fond vert. 

Agan Harahap

"Je n'ai rien d'autre à offrir que du sang, de la peine, des larmes et de la sueur", déclarait Winston Churchill le 13 mai 1940. Et d'une certaine mesure, sa déclaration à propos de ce qu'il promettait au peuple anglais en entrant en guerre peut être appliquée à l'histoire en général. Des larmes, du sang, et du poids. Le poids de l'histoire et des événements tragiques qu'il a fallu exorciser.

Mais il est également possible de voir les choses avec un peu plus de légéreté. Prendre un peu de recul et pourquoi pas éclater de rire pour offrir à l'histoire un traitement autre et pourquoi pas une lumière nouvelle aux choses. C'était, semble t-il, ce que proposait l'artiste indonésien Agan Harahap (son Flickr) avec sa série de photo-montages "Super histoire" débutée en 2009. La recette : un cliché iconique + un superhéros légendaire s'insérant dans le marbre de l'histoire.

Dark Vador à Yalta

Mais le créateur ne s'arrête pas là dans le champ de la photo manipulation : avec sa série My Celebrity Friends il s'amuse à s'afficher sur papier glacé aux côtés des grands de ce monde non sans humour. Serrant la main au colonel Kadhafi, posé avec son homie 50 Cent ou bras dessus bras dessous avec Céline Dion, l'artiste s'évertue à mélanger sérieux et pop culture.

Agan Harahap aux côtés du colonel Khadafi

Plus récemment c'est toujours aux célébrités qu'il s'attaque pour leur faire subir un relooking extrême. Photo manipulateur en chef, il rhabille Bruce Willis, Angelina Jolie ou Justin Bieber en tenue traditionnelle indonésienne. Une refléxion Sur la différence culturelle fondamentale entre les Etats-Unis (pays d'origine d'une grande partie des célébrités relookées) et l'Indonésie, plus grand pays musulman du monde.

Agan Harahap - The Idols

On vous conseille également : 

Par Tomas Statius, publié le 15/03/2013