20 millions de dollars pour 20 000 lieues sous les mers

L'adaptation du roman de Jules Verne 20 000 lieues sous les mers fait déjà tourner les têtes. Celles des États qui s'arrachent une production dantesque. Et pour l'instant, l'Australie tient la corde. 

Près de 50 ans après la version de Richard Fleischer avec Kirk Douglas dans le rôle de Ned Land et James Mason dans celui du capitaine Nemo, une nouvelle adaptation du chef d'oeuvre du français Jules Vernes, 20 000 lieues sous les mers serait sur les rails.

Publicité

A la direction on devrait retrouver le réalisateur de Se7en, The Social Network (entre autres) David Fincher, ainsi que selon les rumeurs les plus folles Brad Pitt dans le rôle titre.

20 millions pour 20 000 lieues sous les mers

Mais aujourd'hui, si le film fait l'actualité, c'est par les tractations qu'il suscite quant à son lieu de tournage. Avant même un casting définitif ou une date de sortie, nombreux sont les pays se battant pour s'attirer les faveurs du réalisateur américain et de la production. Et à ce petit jeu, il semblerait que l'Australie tienne la corde. Avec des arguments qui ont su faire mouche.

Publicité

Plutôt qu'un long discours sur la beauté et la variété des paysages de l'île-continent, le gouvernement, par la voix de son premier ministre Julia Gillard, propose une subvention de 20 millions de dollars pour conclure le deal. L'industrie du cinéma est en effet un poumon vital pour le pays, source d'emplois amoindrie par un cour du dollar australien fort.

Après avoir su attirer le dernier film de Hugh Jackman (The Wolverine) grâce à un pactole de 13,6 millions de dollars offert à Fox Productions, il semblerait que l'Australie parvienne à chipper encore une fois à Hollywood un tournage phare. La production avec l'acteur australien avait suscité une création de plus de mille emplois pour 80 millions de dollars investis dans l'économie locale. Le gouvernement espère la même manne, si ce n'est plus, pour le film de Fincher.

On vous conseille également : 

Publicité

Source : The Guardian   

Par Tomas Statius, publié le 03/04/2013

Copié

Pour vous :