Mark Zuckerberg à Paolo Alto au siège de Facebook

Envoyer un message à Mark Zuckeberg coûte 100 dollars

Facebook est à la recherche de revenus et ce n'est pas nouveau. Le site Mashable a découvert que pour envoyer un message privé à Mark Zuckerberg, son fondateur, il fallait compter 100 dollars. 

Mark Zuckerberg à Paolo Alto au siège de Facebook

En décembre dernier, Facebook a annoncé une nouvelle piste : pour un dollar, il serait possible d'envoyer un message privé à une personne qui ne ferait pas partie de votre cercle d'amis. La seule limite à cette fonctionnalité ? L'envoi d'une seule missive par semaine, afin d'éviter les spams.

Publicité

Mais ce n'est pas tout : un dollar correspond à la somme à dépenser pour n'importe quel utilisateur. Par contre, des stars et autres personnalités n'accèderont à votre petit mot doux si seulement vous avez payé une somme plus importante. C'est le cas de Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook : il ne sera pas accessible pour 1 dollar symbolique.

Et c'est le site Mashable qui s'est rendu compte de cette nouvelle pratique :

Si vous essayez d'envoyer un message au président-directeur général de Facebook Mark Zuckerberg, Mashable a découvert jeudi que le réseau social vous invite à donner la somme de 100 dollars.

Publicité

Envoyer un message à Mark Zuckerberg : 100 dollars.

Pour autant, cette fonctionnalité n'a pas encore lieu d'être encore en France : il n'est pas demandé aux utilisateurs de payer 100 dollars  à une boite de réception spécifique.

Capture d'écran Facebook

Publicité

L'objectif de Facebook : être rentable

Depuis le mois d'octobre et son entrée en bourse, Facebook a une obsession : garantir à ses actionnaires un rendement financier optimal. Par conséquent, le réseau social aime communiquer publiquement sur ses tests d'un système de messagerie payante, que ce soient des statuts ou des inbox.

Déjà en octobre dernier, comme l'avait souligné le blog TechChrunch, Facebook permettait aux utilisateurs d'iOs et d'Android d'envoyer des cadeaux d'anniversaire à leurs amis. L'idée : une part de l'argent dépensé pour l'objet va directement dans les poches de Facebook.

Comme le rapportait dans un article de Rue89 Pierre-Emmnanuel Gobry, un analyste pour Business insider intelligence, Facebook n'a pas de "business magique" :

Publicité

 Le business de Facebook est un très bon business, mais ce n’est pas un business “magique” à la Google. Ce qu’on attend de Facebook, c’est pas juste “très bon”, c’est “incroyablement exceptionnel".

On peut percevoir une certaine stratégie financière de Facebook derrière ces manoeuvres : alors que la publicité et l'apport des grands annonceurs américains (Procter & Gamble, General Motors) s'amoindrit au regard de sa faible efficacité, Facebook se tourne vers l'utilisateur, l'internaute.

En 2009, ce dernier payait en moyenne 2,4 euros contre 3,4 en 2011. On est bien loin des 23 euros de Google dont Mark Zuckerberg aimerait reproduire le succès. Résultat, on peut dire au revoir à la jolie phrase qui siège tout en haut de la page mère de Facebook : "C'est gratuit, et ça le restera toujours".

Capture d'écran de Facebook.com

Edit : article mis à jour le 11 janvier à 17h07.

Par Louis Lepron, publié le 11/01/2013

Copié

Pour vous :