Jessica Chastain fait face à la guerre dans le trailer poignant de The Zookeeper's Wife

Dans The Zookeeper's Wife, le personnage de Jessica Chastain et son mari cachent des Juifs dans leur zoo de Varsovie, en pleine Seconde Guerre mondiale. Un film poignant inspiré d'une histoire vraie.

La Néo-Zélandaise Niki Caro, connue pour Paï, l'élue d'un peuple nouveau, s'est inspirée pour son nouveau film d'une histoire vraie de la Seconde Guerre mondiale, en s'offrant pour tête d'affiche Jessica Chastain, qui ne cesse de se distinguer dans des rôles de femmes fortes (Miss Sloane, Interstellar).

Publicité

Dans The Zookeeper's Wife, la cinéaste nous plonge dans un univers assombri par la guerre qui frappe la Pologne en 1939, lors de l'invasion du pays par les nazis. Ce contexte de terreur vient bouleverser la vie paisible d'Antonia (Jessica Chastain) et Jan Zabinski (Johan Heldenbergh), gardiens pendant près de 20 ans du zoo de Varsovie.

Ils refusent de rester passifs devant les évènements, deviennent résistants et cachent dans l'enceinte de leur zoo 300 Juifs menacés d'être enfermés dans le ghetto de Varsovie, le plus important de la Seconde Guerre mondiale. Distingués par l'État d'Israël, le 30 octobre 1968, du titre de "Justes parmi les nations" (qui honore les gens qui ont risqué leur vie pour sauver des Juifs), leurs prouesses héroïques ont marqué l'Histoire.

La bande-annonce nous apprend que le formidable Daniel Brühl, qui endossait déjà un costume de nazi dans Inglorious Basterds, complètera le casting. Les premières secondes du trailer, qui font défiler des animaux exotiques, nous laissent d'abord rêver devant les ronronnements des lionceaux que l'actrice caresse. Puis, l'angoisse et l'horreur crèvent l'écran lorsque les bombardements dévastent le cadre idyllique. Les quelques plans de cendres et autres bâtiments enflammés témoignent d'une reconstitution historique minutieuse. On imagine déjà un film larmoyant, mais poignant et un nouveau temps fort dans la carrière de Jessica Chastain.

Publicité

Par Lucille Bion, publié le 18/11/2016

Pour vous :