AccueilCinéma

Zack Snyder va faire revenir ses zombies d’Army of the Dead sur Netflix

Publié le

par Lucille Bion

Vous allez bouffer du zombie : des prequels et des suites d’Army of the Dead sont attendus sur Netflix

Cette année sur Netflix, Zack Snyder a cartonné avec Army of the Dead, son film de zombies. Au point d’être dans le top 10 des films les plus vus de l’histoire de la plateforme. Sorti le 21 mai dernier, Army of the Dead a été numéro 1 des contenus les plus visionnés dans plus de 70 pays, et dans le top 10 de plus de 90 pays. 

Pendant plus de deux heures, le film nous plonge dans un monde apocalyptique, après une invasion de zombies à Las Vegas. Il s’appuie sur un scénario plutôt classique, celui d’une bande de malfrats ingénieux qui va tenter un braquage dans un casino. Pour ce film d’action ensanglanté, le réalisateur a réuni sur son plateau Nora Arnezeder, Dave Bautista, Ella Purnell, Omari Hardwick, Ana De La Reguera, Matthias Schweighöfer, Garret Dillahunt, Tig Notaro ainsi qu’Huma Qureshi. 

Face à cet incontestable succès, le film va avoir droit à sa suite, a annoncé The Playlist, témoignant de la bonne relation du cinéaste et du géant du streaming. Leur collaboration va s’étendre avec un prequel intitulé Army of Thieves dont on vous avait déjà parlé en mentionnant la venue de Jonathan Cohen dans la peau du boss d’Interpol. Cette histoire reviendra sur le destin de Ludwig Dieter, le personnage que campe déjà Matthias Schweighöfer dans le film original, chargé de passer derrière la caméra.

Mais leur deal ne s’arrête pas là : Zack Snyder préparerait une suite qui reprendrait directement là où Army Of The Dead nous avait laissés, un autre projet en animation, baptisé Army of The Dead : Lost Vegas que l’on pourra découvrir au début du printemps 2022 ainsi qu’un autre projet original de science-fiction pour Netflix, intitulé Rebel Moon. 

Fort de son succès, le réalisateur va donc charbonner pour la plateforme, en s’enlisant dans des récits de zombies à n’en plus finir. Espérons qu’il ouvre une brèche aux films du genre et qu’il ne s’enferme pas dans sa propre caricature.

À voir aussi sur konbini :