AccueilCinéma

Wonder Woman 2 sera le premier film hollywoodien à suivre les nouvelles directives anti-harcèlement sexuel

Publié le

par Lucille Bion

( © Warner Bros France )

Le puissant syndicat des producteurs PGA (Producers Guild of America) a révélé ses "lignes directrices sur le harcèlement sexuel" à ses 8 200 membres.

(© Warner Bros. France)

Si Wonder Woman a été très bien accueilli dans les salles et auprès du public, l’équipe du film ne s’est pas reposé sur ses lauriers et a observé les secousses qui agitaient Hollywood.

Il y a quelques mois, Gal Gadot, l’actrice engagée du film de la Warner, avait menacé de quitter la franchise si Brett Ratner et sa société de production RatPac-Dune Entertainment étaient toujours associés au projet. Ce dernier a en effet été accusé d’agressions sexuelles et de viol, notamment par l’actrice Ellen Page qui l’a rencontré sur le tournage de X-Men : L’Affrontement final. Le producteur a finalement été écarté du projet.

Le film s’apprête désormais à franchir une nouvelle étape. On apprend en effet que Wonder Woman 2 sera le premier long-métrage à suivre les nouvelles directives anti-harcèlement du PGA (Producers Guild of America). Le syndicat des producteurs américains a diffusé ce vendredi 19 janvier un protocole pour essayer de rectifier le tir et s’assurer que les productions étaient en conformité avec les lois.

Les présidents du PGA, Gary Lucchesi et Lori McCreary, ont lancé un message fort :

"Les agressions sexuelles ne peuvent plus être tolérées dans notre industrie et à l’intérieur de notre organisation. Notre société est dans un moment de transition, dans lequel nous sommes en train de réévaluer notre comportement sur le lieu du travail, et même au-delà. Les producteurs possèdent l’autorité à la fois en tournage et en off, nous jouons un rôle crucial dans la création et le maintien d’un environnement de travail fondé sur le respect mutuel. C’est donc notre devoir de modifier notre culture et d’éradiquer ces comportements abusifs."

Dans ce nouveau règlement, on peut par exemple trouver des points sur la responsabilité et la vigilance de la production, laquelle doit prendre très au sérieux les éventuelles plaintes du casting, et plus largement de l’équipe du film – peu importent le coût et l'importance de la société de prod.

Le PGA suggère également de désigner deux personnes (un homme et une femme) pour occuper les postes de délégué·e·s, et ainsi être à l’écoute. De plus, et cela prouve que l’organisation donne du crédit aux témoignages, il est précisé que "toute personne qui porte plainte ou participe à une enquête est protégée contre les représailles".

Le prochain Wonder Woman, qui sortira le 13 décembre 2019, sera donc le premier film à suivre ces recommandations :

À voir aussi sur konbini :