AccueilCinéma

Ce film fanfiction sur les origines de Voldemort va ravir les fans d’Harry Potter

Publié le

par Lucille Bion

On attend la validation de J. K. Rowling.

Soirées guindées, scènes de batailles, name dropping de grandes familles de sorciers, meurtres, cruauté : le court-métrage sur les origines de Voldemort est enfin disponible, après des années de production et de financement participatif. Si The House of Gaunt n’a pas la prétention de faire de l’ombre à la Warner, qui continue de développer et d’étendre l’empire d’Harry Potter, ce court-métrage de fanfiction est uniquement dédié aux fans de la franchise.

Le réalisateur Joris Faucon Grimaud a souhaité diviser son œuvre en deux parties bien distinctes, une première qui retrace l’histoire de ses ancêtres pour bien comprendre la psychologie de Voldemort, et une seconde qui illustre apogée de Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom. Le cinéaste a affirmé que "rien n’a été inventé sur le personnage de Voldemort" et qu’il a puisé son inspiration pour son scénario en piochant fidèlement dans le travail de J. K. Rowling, comme il nous l’avait expliqué en 2018, au moment du crowdfunding :

"On ne voulait pas inventer une histoire. Pour le coup, c’est une vraie adaptation. On a été obligés de prendre quelques libertés sur l’œuvre initiale, mais on respecte totalement l’univers original, on peut s’y rattacher. Rien n’a été inventé sur le personnage de Voldemort. Nous sommes partis du travail de J. K. Rowling dans ses livres pour adapter et respecter l’univers. L’idée, c’est vraiment de le montrer comme on ne l’a vu au cinéma. On souhaite se rapprocher le plus possible, avec nos moyens, du visuel et de l’univers de la saga. Qu’on puisse presque faire croire qu’il en fait intégralement partie."

Le cinéaste nous embarque en 1926, dans une petite maison pleine de mystères en Angleterre. Alors qu’un membre du ministère de la Magie vient faire sa loi après qu’un jeune homme a usé de la magie devant un Moldu, des rapports de force vont s’opérer, laissant planer une ambiance plus qu’inquiétante dans le cottage jusqu’à ce que Tom Jedusor ne fasse son apparition.

Une production éreintante

Tourné en partie entre deux confinements, The House of Gaunt est porté par des bénévoles, de jeunes étudiants qui finissent à peine leur formation dans le cinéma ou encore des professionnels passionnés par l’univers de la saga, comme Maxence Danet-Fauvel, révélé dans la série Skam. Mais ce projet collaboratif n’a pas été de tout repos, comme le précise Joris Faucon Grimaud :

"En amont du tournage, nous avions 18 mois de post-production, que ça soit pour l’aspect sonore ou pour les effets spéciaux. Il y a d’ailleurs plus de 200 plans truqués dans le film, ce qui représente presque un plan sur deux. Ce projet a pris quatre ans, c’était un combat de chaque instant, mais ça en valait la peine car toute l’équipe est ravie et les retours sont fabuleux : c’est la plus belle des récompenses."

Fort de ce succès auprès des fans, Joris Faucon Grimaud souhaite poursuivre sa carrière de réalisateur avec un long-métrage "à la frontière du fantastique" en espérant retrouver la même équipe, mais surtout "des producteurs et distributeurs".

À voir aussi sur konbini :