AccueilCinéma

Voici les 10 salles de cinéma les plus folles de France

Publié le

par Lucille Bion

D’un hôtel bien cosy au plus petit cinéma de France, voici 10 lieux étonnants pour les cinéphiles.

#1. Le Grand Rex à Paris

Le lieu de tous les cinéphiles à Paris : rétrospectives, séances spéciales, avant-premières inimitables, shows étoilés, ciné-concerts.

Le Grand Rex traverse le temps et ne cesse de nous éblouir, avec son Grand Large, le plus grand de France (de 25 x 12 mètres), ses locaux sublimes qui a poussé le ministère de la Culture à l’inscrire à l’inventaire des monuments historiques en 1981 ou encore ses événements uniques. Considérée comme un véritable temple du cinéma implanté dans le 10e arrondissement de Paris, cette institution mythique a de quoi faire rougir ses concurrents.

#2. Le Futuroscope à Poitiers

Pionnier de la VR et autres technologies audiovisuelles de pointe en France, le Futuroscope accueille chaque année des millions de spectateurs dans son antre néofuturiste. Films en Imax, 3D, 4D, planétarium, parcours scénique… les nombreuses attractions proposées offrent une expérience visuelle inédite, qui attire même les touristes étrangers. Avec ces projections aussi atypiques que récréatives, le parc s’est imposé comme un lieu incontournable pour les amoureux des grands écrans.

#3. Le plus petit cinéma de France à Mons-en-Montois

Tenu par un retraité nonagénaire, ce petit cinéma de 50 places implanté à Mons-en-Montois ressemble plus à une longère campagnarde qu’à un cinéma. Pourtant, cette salle fait du septième art une religion. Avec cinq ou six films programmés à la semaine, une poignée de subventions et de dons, le propriétaire qui a fait ses armes dans le cinéma français ne laisse personne de marbre avec son irréductible salle de cinéma, perdue au milieu de la Seine-et-Marne.

#4. Le Louxor

Le 6 octobre dernier, juste avant de fermer ses portes pour la seconde fois, le mythique cinéma parisien a fêté ses 100 ans. Ce palais du cinéma, bâti en 1921 à l’angle des boulevards Magenta et de la Chapelle, a rouvert en 2013 suite à de longs travaux de rénovation. Et entre-temps, le Louxor a connu boires, déboires et épidémie.

Ce grand théâtre, avec sa fosse d’orchestre et ses balcons, son haut plafond peint de hiéroglyphes et sa décoration luxuriante inspirée de l’Égypte ancienne va connaître ses heures de gloire jusqu’en 1946 avec un pic à 727 000 entrées. Puis il entamera un lent déclin jusqu’au tomber de rideau en 1983 et deviendra tour à tour La Dérobade, une boîte de nuit antillaise, puis le Megatow, la plus grande discothèque gay de la capitale, et enfin un simple squat.

Pendant vingt ans, les Parisiens ont réclamé la réhabilitation de ce joyau d’architecture et le Louxor a finalement rouvert ses portes en 2013 après un an de travaux. C’est aujourd’hui une institution très appréciée des cinéphiles mais aussi des scolaires.

#5. L'Hôtel Paradiso de MK2

Fin 2019, le MK2 Nation à Paris faisait peau neuve et rouvrait ses portes au public après deux ans de travaux. Au programme : plus de salles (six au lieu de quatre), mais moins de places (531 au lieu de 900 avant les travaux), pour un complexe beaucoup plus confortable.

Malheureusement, quelques mois plus tard, le cinéma était contraint de refermer ses portes suite à l’arrivée du Covid en France. Mais le petit cinéma du 12e renaîtra de ses cendres et, en mars 2021, le groupe inaugurait un établissement hôtelier composé de 36 salles de projection privée avec lit et salle de bains.

Dans ce premier cinéma-hôtel, le 7e art est partout : dans les traditionnelles salles obscures du Mk2 Nation qui rouvriront leurs portes le 19 mai prochain, dans l’intimité des chambres transformées en espaces de projections privés et sur le toit-terrasse, avec son cinéma en plein air, qui offre une vue imprenable sur le Tout-Paris.

#6. Cinéma EuropaCorp La Joliette à Marseille

Pour reprendre le chemin des salles en douceur, la ville de Marseille a ce qu’il vous faut. Inauguré en 2019, ce nouveau multiplex futuriste et haut de gamme aux 14 salles et 2 081 fauteuils a tout misé sur le confort et la technologie. Au programme : méridiennes et plaids pour ne pas bousculer les habitudes de confinement et du cinéma immersif en 4DX avec un triple écran pour une séance à 270 degrés.

Aucune excuse pour ne pas courir au cinéma le 19 mai prochain. À part peut-être le prix des séances qui peut grimper jusqu’à… 35 euros.

#7. Le cinéma en plein air à la Villette

© William Beaucardet

Tous les ans depuis 1990, le grand parc de la Villette, au nord-est de Paris, se transforme en cinéma en plein air. Façon drive-in à l’américaine, mais sans les voitures. Chacun, allongé sur son demi-mètre carré d’herbe, devant un écran géant qui diffuse un mois durant des films cultes ou moins connus, peut profiter de ce cinéma hors norme – et gratuit.

Il faut réserver assez tôt, certes. Mais pour ce prix, pour le plaisir d’être dehors, de pouvoir prendre l’apéro avant de savourer un grand film, et pour ce cadre, personne ne peut vraiment s’en plaindre.

#8. La Pagode à Paris

Une adresse culte du 7e arrondissement parisien. Il suffit de voir l’extérieur du bâtiment, à l’architecture japonisante sublime, pour comprendre pourquoi. Construite en 1896, La Pagode est devenue un cinéma depuis 1931. Elle est fermée depuis 2015, certes, mais devrait rouvrir après des années de travaux très vite.

Et quand elle pourra de nouveau accueillir du public, il ne faudra pas bouder ce lieu protégé comme étant un monument historique. Un cinéma comme pas deux en France.

#9. L’UGC des Halles

Vu comme ça, aller au cinéma à Châtelet ne semble pas vraiment excitant. Pourtant, peu savent que l’UGC des Halles est le plus grand cinéma d’Europe. En termes de nombre de salles (26 tout de même), pas en termes de nombre de sièges. Mais qu’importe. Avoir autant de salles permet d’avoir un très grand nombre de films diffusés. Et avec l’embouteillage des sorties à venir, cela reste bon à garder dans un coin de sa tête.

Concernant les places, le multiplexe avec le plus grand nombre de sièges est le Kinepolis à Lomme (7 286 fauteuils contre 3 926 aux Halles). Là au moins, les 35 % d’occupation ne devraient pas poser de problèmes.

#10. L’Eden Théâtre à La Ciotat

Le plus vieux cinéma du monde, tout simplement. Construit en 1889 à La Ciotat, à l’époque où le septième art n’existait pas vraiment, il s’agit d’un théâtre conçu par un artiste n’arrivant pas à se produire. Très rapidement, le propriétaire vend la structure à un homme, qui sera un ami proche des frères Lumières. C’est donc logiquement dans le futur Eden Théâtre que fut projeté L’Arroseur arrosé en 1895, avant qu’il ne devienne officiellement le tout premier cinéma en 1899.

Plus d’un siècle après, la structure continue à diffuser des films. Une vraie pièce d’histoire qu’il faudra maintenir en vie le plus longtemps possible.

Article écrit avec Arthur Cios et Manon Marcillat