AccueilCinéma

Voici 5 scènes qui ont fait la légende de Channing Tatum

Publié le

par Lucille Bion

Il est temps de saluer la carrière de Channing Tatum, le Taureau de nos cœurs qui fête ses 41 ans ce lundi 26 avril !

Capable de jouer des ados en crise existentielle, de manier les armes, de danser et de se livrer à des corps-à-corps, Channing Tatum fait partie de ces trop rares acteurs qui utilisent leur charisme autant que leur physique pour habiter leur personnage. Mais sa force de frappe vient aussi de la comédie, avec son humour insoupçonné.

Si ses prouesses de flic aux côtés de Jonah Hill dans Jump Street sont décapantes, les preuves qu’il sait faire fonctionner nos zygomatiques se trouvent aussi, plus subtilement, dans ses choix de carrière, dont l’autodérision défie l’imaginaire. On pense à son petit rôle dans Kingsman : Le Cercle d'or, caché derrière son nom de code Tequila pour verser du whisky bas de gamme sur ses deux otages, qu’il relâchera dix minutes plus tard.

À l’aise dans la science-fiction (Jupiter : Le Destin de l’Univers), les films de braquage (Logan Lucky), le western (Les Huit Salopards), le péplum (L’Aigle de la neuvième légion) et les rom-coms (Dear John), Channing Tatum fait le grand écart entre les coups de poker, les blockbusters et les productions indépendantes – dont il est la valeur sûre, la pièce maîtresse. Son 1, 85 mètre de talent a même frappé Quentin Tarantino et les frères Coen, qui l’ont utilisé à contre-emploi en le déguisant en marin mélancolique.

Bâtissant une carrière éclectique depuis Coach Carter en 2005, le petit protégé de Steven Soderbergh qui n’était qu’un "fantasme pour ados" sillonne désormais Hollywood sans encombre. En 2020, il s’offre même le luxe de publier un livre pour enfants – qu’il dédie à sa fille de 7 ans – et entame une carrière de cinéaste avec Dog, qu’il coréalise avec Reid Carolin.

Ce lundi 26 avril, alors que les Oscars viennent de rendre leur verdict sur ce qu’il s’est fait de mieux au cinéma cette année, Channing Tatum souffle sa 41e bougie. L’occasion de revenir sur les cinq scènes les plus mémorables de sa carrière.

#1. Un sportif tiraillé par son esprit de compétition dans Foxcatcher

Jugé hyperactif par ses parents, le turbulent Channing Tatum canalise son énergie dans le sport. Athlétisme, baseball, football, football américain, arts martiaux, danse… Véritable athlète, Channing Tatum a toujours affiché sa forme olympique. C’est d’ailleurs dans Coach Carter, un film sur le basketball, qu’il fera son entrée dans le cinéma en 2005.

Comme une étiquette qui lui colle à la peau, le sport occupera toujours une place centrale dans ses films, de She’s the Man à Supercross en passant par Foxcatcher. Beaucoup plus âgé, il fuit les lycées américains pour incarner un médaillé olympique excellant dans la lutte. Une préparation intense, pour un rôle beaucoup plus mutique :

#2. Une sensualité inégalée dans Magic Mike

Avant de devenir un acteur bankable, Channing Tatum a enchaîné les petits boulots pour payer ses factures. Parmi eux ? Le strip-tease. En seulement deux heures, il pouvait se faire 150 dollars. Et en une semaine, 600 dollars. En cash, bien sûr. Ses prouesses aguicheuses en Floride sont parvenues jusqu’aux oreilles de Steven Soderbergh, qui a décidé de révéler au monde entier le talent insoupçonné de son acteur fétiche.

Dans la franchise Magic Mike, Channing Tatum s’inspire de son passé. Incontournable, ce rôle de strip-teaseur sulfureux lui a même valu le titre de "l’homme vivant le plus séduisant de la planète" décerné par People lorsque le premier film est sorti. S’il avait déjà attiré la lumière sur lui avec Sexy Dance, où il jouait un danseur exceptionnel, cette prestation olé olé prouve que Channing Tatum est capable de défier notre imaginaire. Cette scène, c’est cadeau :

#3. Un comique débauché dans 21 Jump Street

On ne remerciera jamais assez Phil Lord et Chris Miller d’avoir imaginé le duo Channing Tatum et Jonah Hill. Dans son uniforme de policier, le duo fait équipe pour démanteler un réseau de drogue au bahut. Le premier est fort, le deuxième est le cerveau du groupe. La symbiose parfaite, idéale.

Infiltré incognito dans un lycée où le sectarisme règne – comédie américaine oblige –, le duo fait un saut dans le passé, s’illustrant parfois avec une immaturité indécente. Beuverie, bagarre, drague de bas étage… Avec la franchise Jump Street, Channing Tatum révèle tout son potentiel comique, largement sous-estimé et dont le point culminant se trouve dans cette scène sous drogue. Fou rire garanti :

#4. Un numéro de claquettes digne des comédies musicales hollywoodiennes d’antan dans Ave, César!

Adepte des films populaires, Channing Tatum a su nous surprendre chez les frères Coen dans un numéro de marin mélancolique. Militant communiste clandestin pour Ave, César!, il livre une très courte prestation aussi surprenante que glamour. En conjuguant ses attraits pour la danse et la comédie, il entre dans la ronde de cette satire du Hollywood de l’âge d’or, à coups de claquettes clinquantes.

Inspiré par les pas de danse de Donald O’Connor dans Faisons les fous de Jack Hively, le comédien se réinvente le temps d’une scène toujours physique mais teintée d’une grâce insoupçonnée. Une parenthèse sublime.

#5. Une brutalité chauffée à blanc dans Logan Lucky

Avec quelques kilos en trop et une jambe en moyen état, Channing Tatum incarne un père divorcé, à la merci de son ex-femme qui s’apprête à quitter l’État avec leur fille. Déterminé à régler ça devant la justice, il va instiguer un braquage avec son entourage haut en couleur dans le but de se financer un bon avocat qui lui obtiendra la garde de sa chère tête blonde.

Les nerfs à vif, il fait équipe avec Daniel Craig et son frère, Adam Driver, qu’il défend violemment dans ce bar tamisé. Ridiculisant les influenceurs de boissons douteuses et autres guignols de la télévision, Channing Tatum endosse un rôle plus sombre, plus mature, grâce, là encore, à Soderbergh. À la vôtre :

À voir aussi sur konbini :