( © StudioCanal )

Vidéo : les coulisses de Moonrise Kingdom pour comprendre l'univers de Wes Anderson

Le youtubeur Michael Tucker décrypte dans une vidéo le scénario de Moonrise Kingdom de Wes Anderson pour comprendre son univers. 

Michael Tucker, l'auteur des vidéos de la chaîne Lessons from the Screenplay, est un amoureux du cinéma aussi curieux qu'original. Il s'amuse à décrypter les films cultes de notre époque et ses coups de cœur. Avec seulement huit vidéos sur sa chaîne (qu'il a créée il y a trois mois), il est également suivi par un peu plus de mille personnes sur sa page Facebook. Il faut avouer qu'il se débrouille remarquablement bien.

Publicité

Il s'est penché, cette fois, sur le chef-d'œuvre de Wes Anderson, Moonrise Kingdom, sorti en 2012. Pour les non initiés, le film est une petite comédie pétillante qui romance les amours de Suzy et Sam, deux enfants buissonniers âgés de 12 ans. Dans ce film, Wes Anderson rend hommage à Melody (Waris Hussein), L'Enfant Sauvage (François Truffaut) et Charulata (Satyajit Ray) et s'impose définitivement avec un univers coloré et unique, bourré d'un charme kitsch, sans jamais sombrer dans le mauvais goût.

Des détails sur les personnages et les costumes

La vidéo, d'une dizaine de minutes, est donc une réflexion à travers le script sur l'univers fantastique et menaçant de Wes Anderson. Michael Tucker nous montre à quoi ressemble le scénario du réalisateur, où l'on trouve des détails sur les costumes et les personnages. Très travaillés, les protagonistes possèdent une véritable personnalité — même les plus secondaires.

Au regard de ce scénario extrêmement documenté et fourni, le youtubeur en conclut que le réalisateur n'a rien vraiment laissé au hasard : tout est pensé en amont. Et c'est justement cette accumulation de petits détails qui apportent la dimension spectaculaire au film. Le style est finalement le résultat d'une multitude d'intentions et d'objectifs établis au moment de l'écriture du script, comme l'explique la vidéo en tête d'article.

Publicité

Par Lucille Bion, publié le 07/10/2016

Copié

Pour vous :