AccueilCinéma

Trailer : Unfriended, le film d'horreur qui met Internet au coeur de l'angoisse

Publié le

par Aline Cantos

Après les manoirs hantés et les campus angoissants, la nouvelle maison de l’horreur, c’est Internet. Unfriended s’accapare la culture numérique pour en faire le théâtre de la peur.

Jason Blum est un habitué des films alternatifs. Avec un budget serré, les films du réalisateur sont pourtant souvent des succès. Tel sera peut-être le cas d’Unfriended, successeur de Paranormal Activity et Insidious qui sort en salles en avril.

Avec 42% de la population mondiale disposant d’une connexion internet, le monde a connu un très grand tournant numérique. Désormais, le web représente une grande partie de nos vies, avec une moyenne mondiale de 4,8h passées devant un ordinateur, les populations semblent avoir fait du net un nouveau lieu de vie.

Un film ancré dans la société

Difficile désormais de parler d’une réelle abstraction du numérique, qui est aujourd’hui totalement intégré à nos vies. Les jeunes générations, qui ont depuis toujours baigné dans cette culture, semblent accros à leurs écrans. En Asie, des mesures hospitalières ont même été prises pour lutter contre le phénomène.

Au même titre que l’on prend en charge une personne dépendante à l’alcool ou à la drogue, les accros du web bénéficient de traitements. Cette addiction est si importante dans les pays asiatiques qu’elle est devenue un réel débat de société. Les professionnels luttent toujours plus pour faire reconnaître ce fléau comme un trouble mental.

Aussi, Unfriended s’ancre totalement dans la société actuelle. Pour la première fois, l’horreur s’empare de ce qui représente le nouveau quotidien des populations. Les salles obscures étant souvent remplies d’adolescents qui bravent les interdictions du CNC, il est fort probable que beaucoup de spectateurs s’identifient à ces intrigues d’un nouveau genre, prenant en compte leurs nouvelles habitudes.

Dans ce film, les protagonistes font face à un fantôme qui se manifeste sur Internet. L’intégralité du spectacle macabre prend place sur un écran d’ordinateur, dont la capture vidéo constitue le seul matériau du film. Si l’innovation tend à nous séduire, le scénario laisse planer quelques doutes quant à la qualité du film. Reste à voir le résultat dans les salles en avril 2015.