AccueilCinéma

Une actrice accuse James Franco de harcèlement sexuel sur mineure

Publié le

par Lucille Bion

Un nouveau témoignage incrimine James Franco, déjà accusé d’avoir agressé plusieurs femmes.

En 2018, James Franco venait fièrement chercher son Golden Globes pour sa prestation dans The Disaster Artist, le dernier film dans lequel on a pu le voir à l’œuvre. À cette occasion et alors que l’industrie du cinéma était confrontée aux éléments de l’affaire Weinstein, l’acteur et réalisateur américain avait accroché un pin’s "Time’s Up" sur son costume.

Une manière d’afficher son soutien aux victimes de violences sexuelles à l’ère post-#MeToo pour certains, et une manœuvre grossièrement mensongère pour d’autres. Ça ne passe pas. Dans la foulée, Twitter s’enflamme et le Los Angeles Times sort une enquête visant l’acteur, accusé par cinq femmes de comportements inappropriés, sur les tournages comme dans l’intimité, et d’agressions sexuelles.

Rapport sexuel non consenti, abus de pouvoir : si l’artiste a immédiatement démenti ces accusations dans l’émission de Stephen Colbert, il est devenu persona non grata à Hollywood et disparaît des radars à la suite de ces révélations.

Le 21 février, l’affaire James Franco revient sur le devant de la scène lorsque le New York Times annonce que l’agresseur présumé a trouvé un accord à l’amiable avec Sarah Tither-Kaplan et Toni Gaal, deux anciennes étudiantes de son école de théâtre qui l’accusaient d’intimidation et de comportement sexuel inapproprié. Sans donner plus de détails, les deux victimes présumées ont alors abandonné leurs poursuites.

"Les prédateurs feront preuve d’empathie, feront du gaslighting et diront qu’ils s’amélioreront – juste pour se protéger et continuer à faire du mal aux autres"

Le 8 avril, un nouveau témoignage enfonce un peu plus l’artiste. Cette fois, la comédienne Charlyne Yi incrimine également Seth Rogen, son fidèle collaborateur à l’écran. Elle rapporte que James Franco s’attaque également aux mineures depuis des années. Sur son compte Instagram, l’actrice explique avoir été témoin d'agissements inappropriés lorsqu’elle était sur le tournage de The Disaster Artist :

"Quand j’ai essayé de rompre mon contrat légalement et de quitter 'The Disaster Artist' parce que James Franco est un prédateur sexuel, ils ont essayé de me soudoyer avec un rôle plus important. J’ai pleuré et je leur ai dit que c’était exactement le contraire de ce que je voulais, que je ne me sentais pas en sécurité en travaillant avec un putain de prédateur sexuel. Ils ont minimisé la situation et ont affirmé que Franco n’était plus un prédateur et qu’il avait changé… mais j’entendais littéralement des histoires où il abusait de nouvelles femmes cette semaine-là.

Les prédateurs feront preuve d’empathie, feront du 'gaslighting' et diront qu’ils s’amélioreront – juste pour se protéger et continuer à faire du mal aux autres. Les complices sont tout aussi toxiques que les agresseurs. Je suis dégoûtée par les hommes blancs qui choisissent le pouvoir plutôt que de protéger les enfants et les femmes des prédateurs. Éduquer, organiser et démanteler la corruption dans votre entourage et dans la loi.

Les hommes blancs se dédouanent de toute responsabilité concernant les comportements de James Franco et Seth Rogen. Alors à qui appartient la responsabilité ? Les femmes et les enfants qui ont des troubles du stress post-traumatique à cause de Franco ? Ou les futures cibles d’abus ?"

Ni James Franco ni Seth Rogen n’ont encore réagi à ces nouvelles accusations. Seth Rogen a toujours défendu James Franco, n’hésitant pas à mordre, au sens figuré bien sûr, les journalistes qui demandaient des nouvelles de la vedette déchue. Mais avec ce nouveau témoignage, leur bromance est clairement mise à l’épreuve. 

À voir aussi sur konbini :