Trailer : un biopic sur le créateur de Wonder Woman nous éclaire sur son côté SM et fétichiste

Vous ne le saviez peut-être pas : Wonder Woman a beau être née dans l’Amérique puritaine des années 1940, mais elle n’a rien d’une sainte-nitouche.

Wonder Woman est l’un des plus célèbres personnages de l’univers DC Comics. Après l’énorme succès de l’adaptation cinématographique, avec Gal Gadot dans le rôle-titre, elle est aujourd’hui plus populaire que jamais. Mais peu nombreux sont ceux qui connaissent les origines SM et fétichistes de l’Amazone. Avec le film Professor Marston and The Wonder Women, un biopic dédié à son créateur, le docteur William Moulton Marston, la réalisatrice Angela Robinson compte bien changer cela.

Publicité

Si vous avez déjà eu l’occasion de lire les comics originaux de Wonder Woman, vous avez peut-être été surpris par leur caractère franchement érotique. On y trouve en effet du bondage, des fessées, du SM et des sous-entendus sexuels à gogo. Tout commence avec le créateur du personnage, le psychologue William Moulton Marston, qui s’intéressait aussi bien aux idées féministes qu’aux sexualités "alternatives" comme le bondage, le fétichisme, le polyamour et le sadomasochisme. En plus de prôner la libération sexuelle, le docteur Marston était persuadé de la supériorité des femmes sur les hommes et souhaitait que celles-ci dominent le monde. Amen.

screen-shot-2017-07-19-at-12-14-41-810x388

William Marston créa Wonder Woman avec l’aide de sa femme, Elizabeth Holloway et Olive Byrne, l’une de ses anciennes étudiantes. Les trois vivaient en polyamour et eurent quatre enfants ensemble.

Publicité

Le film d’Angela Robinson explore les relations à l’intérieur de ce ménage à trois, tout en mettant en lumière l’influence énorme des femmes sur l’œuvre de ce pyschologue, scénariste et auteur de comics. En analysant comment Wonder Woman s’ancre dans une réflexion sur la libération sexuelle, la réalisatrice souhaite montrer comment le polyamour, la bisexualité et le féminisme étaient vus dans l’Amérique des années 1940.

Doté d’un casting et d’une équipe de production remarquables, ce film s’annonce prometteur. Déjà réalisatrice du classique queer des années 1990 D.E.B.S., Angela Robinson a été scénariste et réalisatrice pour les séries The L World et True Blood. La créatrice de Transparent, Jill Soloway, est productrice tandis que les personnages principaux sont interprétés par Rebecca Hall, Bella Heathcote et Luke Evans.

Le film Professor Marston and The Wonder Women sortira le 27 octobre 2017 aux États-Unis. Aucune date de sortie n’a encore été communiquée pour la France.

Publicité

À lire -> Gal Gadot a touché un salaire ridicule pour un film comme Wonder Woman

Par Arenike Adebajo, publié le 20/07/2017

Pour vous :