AccueilCinéma

Le premier trailer sulfureux de Bang Gang

Publié le

par Louis Lepron

Première bande-annonce de Bang Gang, un film d'Eva Husson. 

Bang Gang. Deux mots auxquels sont accolés une phrase en sous-titre, "Une histoire d'amour moderne", comme pour mieux faire se confronter une imagerie pornographique aux sentiments amoureux. Avec ce premier long métrage, Eva Husson raconte l’histoire d’une bande de lycéens de 16 ans découvrant les joies du sexe sous l’emprise de drogue ou d’alcool au sein de la maison de l’un d’eux.

Le scénario se raconte ainsi :

Le quotidien de quatre lycéens, deux garçons et deux filles. George (Marilyn Lima), 16 ans, la bombe du lycée, tombe amoureuse d’Alex (Finnegan Oldfield). Pour attirer son attention, elle lance un jeu collectif où Alex, Nikita, Laetitia, Gabriel et bientôt tout le lycée, vont découvrir, tester et repousser les limites de leur sexualité. Au milieu des scandales et de l’écroulement de leur système de valeurs, chacun gère cette période intense de manière radicalement différente.

De Los Angeles à Lars Von Trier

Passée par l’American Film Institute à Los Angeles, les publicités et les clips (M83, Midnight Juggernauts, Ed Ward Barrow), Eva Husson s’est fait un nom en 2004 avec le court métrage Hope To Die, nommé aux Oscars des Étudiants, et plus récemment avec celui de Those For Whom It’s Always Complicated. Dix ans plus tard, elle revient avec Bang Gang (une histoire d’amour morderne), avec le soutien de Lars Von Trier, et développé dès janvier 2013 aux côtés d’acteurs pour la plupart novices.

Pour la presse française, Bang Gang s’avère être une bonne surprise. Dans Le Monde, on peut lire que, “sans jamais adopter une posture moralisatrice, la réalisatrice exalte avec beaucoup d’intelligence et de talent la vitalité des corps et des esprits d’une jeunesse venue au monde sur les réseaux sociaux, baignée dans la culture porno”. Après visionnage, le résultat, qui aurait pu être casse-gueule vu l'enjeu - dépeindre une jeunesse addict au sexe avec un supplément modernité pour les échanges virtuels, se révèle nuancé et électrisant.