AccueilCinéma

Tom Hardy a dû se faire opérer après le tournage de Venom

Publié le

par Lucille Bion

Un tournage plus périlleux qu’on l’aurait cru.

En incarnant le journaliste Eddie Brock, Tom Hardy semble avoir pris beaucoup de risques. L’acteur a dû se faire opérer deux fois après le tournage de Venom, durant lequel il s’est bousillé le genou, comme il l’a confié à Esquire. Après ses deux opérations, il a dû retourner sur le plateau de tournage pour poursuivre ses aventures aux côtés du symbiote avec lequel son personnage partage une piteuse existence.

Seulement huit semaines après les opérations, Tom Hardy était toujours en processus de guérison quand il a rempilé pour le sequel Venom: Let There Be Carnage, malgré les mauvaises critiques du premier volet.

Le cinéaste Andy Serkis a expliqué à IGN que ce film se déroule un an et demi après les événements du premier volet, et qu’Eddie a appris à vivre avec son symbiote, un peu comme un couple. Animé par l’envie de retourner au travail pour mener à bien sa carrière de journaliste, Eddie Brock va se rapprocher d’un criminel fou et ultra-violent, répondant au nom de Cletus Kasady et campé par Woody Harrelson. Lui aussi habité par un symbiote prénommé Carnage, il constitue un autre vilain culte de l’univers.

Initialement attendue pour octobre 2020, la suite doit sortir dans les salles françaises le 20 octobre 2021. Outre-Atlantique, Sony vient de décaler la sortie du film de quelques semaines à cause de la hausse des cas de Covid. Aux États-Unis, le film ne sortira donc plus le 24 septembre mais le 15 octobre prochain.

Au cours de l’interview, l’acteur, qui semble totalement guéri, a dévoilé qu’il était en train de préparer un troisième volet :

"Je suis en train de réfléchir à un troisième film, parce que je pense qu’il faut écrire ça au même moment. Un troisième film ne sera validé que si le deuxième a du succès, mais les studios sont vraiment, vraiment satisfaits avec le numéro deux."

C’est donc la loi du marché qui nous dira si Eddie Brock reviendra sous le feu des projecteurs.

À voir aussi sur konbini :