The Square : la géniale Palme d'or est dispo gratuitement sur Arte

L'œuvre d'art satirique du Suédois Ruben Östlund avait reçu la Palme d'or lorsque Pedro Almodóvar présidait le jury en 2017.

Vous connaissez peut-être seulement son affiche et sa scène culte de l’homme-singe debout sur une table dans un décor absolument luxueux. The Square, Palme d’or 2017 au Festival de Cannes, est pourtant plus que cette séquence aussi iconique qu’intrigante. 

Publicité

Connu pour son huis clos glacial Snow Therapy, dans lequel un père de famille doit assumer les conséquences d’un réflexe lâche lors d’un évènement dramatique, le réalisateur Ruben Östlund s’intéresse cette fois au monde de l’art contemporain. À travers ce portrait divinement pessimiste de cette branche culturelle, le cinéaste suédois porte un regard singulier sur notre société, avec ses arnaques, ses clichés et ses multiples rebondissements.

Derrière une mise en scène esthétique, le cinéaste s’entiche à filmer le malaise d’une journaliste fade qui mène une interview sans saveur, à peine travaillée, à un cuisinier qui perd ses moyens devant le petit bourgeois affamé en passant par un chauffeur sous tension qui abîme la Tesla de son patron dans un quartier malfamé. Bref, à travers autant d’exemples, Ruben Östlund tire à balles réelles sur tout ce qu’il filme.

Spectacle à lui seul, ce film cynique et féroce raconte avant tout les aventures d’un conservateur de musée, bobo caricatural au possible, qui s’apprête à accueillir au sein de son musée la fameuse The Square, une œuvre d’art minimaliste mais ultraprofonde, que l’on peut pénétrer pour y devenir "égaux en droits et en devoirs". Ce carré de 4 centimètres sur 4 est la seule et unique priorité de cet homme passionné, jusqu’à ce qu’il soit victime d’une supercherie et qu’il ne se fasse détrousser par de parfaits inconnus. 

Publicité

Avec Elisabeth Moss, Dominic West et le fabuleux Terry Notary, ce film est une satire glaçante teintée d’humour, qu’il faut rattraper si vous l’avez manqué à sa sortie. The Square sera disponible jusqu’au 24 mai sur Arte.

Par Lucille Bion, publié le 20/05/2020