AccueilCinéma

"Allez vous faire foutre !" : Tarantino dégomme Bruce Lee et les détracteurs d’OUATIH

Publié le

par Lucille Bion

Quentin Tarantino justifie le portrait peu flatteur qu’il a fait de Bruce Lee dans Once Upon a Time… in Hollywood.

En pleine promotion pour son livre Once Upon a Time in Hollywood, Quentin Tarantino était l’invité du podcast de Joe Rogan. Au cours de ces deux heures d’entretien, le cinéaste revient sur sa vision de Bruce Lee qui avait insurgé les critiques lors de la sortie du film en 2019.

Personnage iconique de cette fresque américaine, Bruce Lee s’est vu représenter comme un cascadeur imbu de sa personne ou, selon les mots de sa fille, comme un "connard arrogant qui brasse de l’air". Pour ceux qui seraient passés à côté du film, Bruce Lee se retrouve face au personnage de Brad Pitt lors d’une pause entre deux prises. Les deux hommes se battent en duel à cause d’une provocation de Bruce Lee. Au final, le maître des arts martiaux se retrouve encastré dans une voiture, ce qui crée une troisième guerre mondiale sur le plateau.

Face à ce portrait peu réjouissant, la progéniture du cascadeur a poussé un coup de gueule qui a largement été repris dans la presse. Shannon Lee aurait même appelé la National Film Administration de Chine pour demander de modifier l’image de Bruce Lee, joué par Mike Moh. En vain. La sortie du film a finalement été annulée en Chine.

Malgré les critiques de l’industrie et la suspension de la sortie du film dans l’empire du Milieu, Quentin Tarantino campe sur ses positions :

"Je peux comprendre que sa fille ait un problème avec ça. C’est son putain de père, d’accord, je comprends. Pour tous les autres : allez vous faire foutre !"

Connu pour ses paroles tranchantes, le cinéaste est aussi un fin analyste et un véritable passionné de l’histoire du septième art. Ainsi, il nous renvoie vers Matthew Polly, connu pour ses écrits sur les arts martiaux et plus particulièrement sur Bruce Lee :

"Bruce n’avait aucun respect pour les cascadeurs. Il les frappait toujours avec ses pieds, il les marquait toujours – ça s’appelle marquer quand on frappe un cascadeur pour de vrai. Et il les marquait toujours avec ses pieds, il les marquait toujours avec son poing. On est même arrivé à un point où les gens refusaient de travailler avec lui."

Un joli pied de nez aux critiques qui ont osé tester le réalisateur sur la véracité de l’histoire hollywoodienne.

À voir aussi sur konbini :