Steven Spielberg raconté en films, influences et héritiers

Steven Spielberg sera le prochain président du Festival de Cannes. Du coup, on résume sa filmographie en cinq films. 

steven spielberg

On l’a appris cette nuit, Steven Spielberg, 66 ans, américain et toutes ses dents, sera le président du jury de la 66ème édition du Festival de Cannes. L’occasion de revenir sur la carrière d’un des réalisateurs le plus célèbre, le plus talentueux et surtout le plus populaire.

Publicité

Pour vous, on a sélectionné cinq films du maître :

Duel (1971

L’histoire d’un automobiliste poursuivi par un camion en plein désert

Diffusé sur le petit écran (d’où son ratio de 4/3), Duel connaît un succès monstre, et sera rallongé de quelques scènes afin d’obtenir les 90 minutes nécessaires à un long-métrage. Un très grand film, qui est maintenant devenu une référence en la matière, mais qui n’est malheureusement pas assez connu du grand public.

L’anecdote : le film a été tourné en treize jours, et coûta seulement 375 000$.

Publicité

1941 (1979

En 1941, un sous-marin fait surface aux larges de Los Angeles. Les habitants d’Hollywood tentent alors d’organiser la résistance.

Certainement le film le plus étrange et le plus original de la filmographie de Spielberg. Un film barré aux répliques et aux personnages complètement décalés, réunissant un casting en or : Dan Akroyd et John Belushi (The Blues Brothers), Ned Beatty (Delivrance), Christopher Lee (Dracula, Star Wars), Mickey Rourke (Iron-Man, The Wrestler), Toshirô Mifune et Robert Stack.

L’anecdote : le tournage était tellement bruyant que Spielberg eut l’idée de tirer en l’air avec une mitraillette pour faire cesser les prises de vues.

La Liste de Schindler (1993)

L’histoire vraie d’Oskar Schindler, industriel allemand qui va, tout au long de la guerre, protéger des Juifs en les faisant travaillant dans sa fabrique. Au total, Schindler sauvera plus d’un millier de travailleurs.

Publicité

C’est probablement le plus beau film de Spielberg, récompensé par 7 Oscars dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur. Véritable devoir de mémoire aux nombreux juifs déportés pendant la Shoah, La Liste de Schindler est un must have seen du cinéma, et apparaît dans le Top 100 de nombreux sites et revues (AFI, allociné, imdb, vodkaster, etc.)

L’anecdote : pour ce film, Spielberg ne demanda aucun salaire pour ce film, considérant qu’il s’agirait « d’argent du sang ».

AI : Intelligence Artificielle (2001)

Dans un monde où les humains vivent en parfaite harmonie avec les robots, David, un androïde, fait son entrée dans la famille Swinton. Bientôt abandonné par sa mère adoptive, David va devoir partir à la recherche de son identité.

Spielberg est avant tout considéré comme le maître du divertissement (Indiana Jones, Jurrasic Park) mais aussi comme le roi de la science-fiction (Rencontres Du Troisième Type, E.T. l’Extra-Terrestre, La Quatrième Dimension, Minority Report, La Guerre Des Mondes, etc.). AI : Intelligence Artificielle fait partie des films les plus aboutis de Spielberg, un véritable chef-d’œuvre du genre, à l’ambiance extrêmement envoutante. AI est l’un des premiers films de science-fiction de Spielberg à bénéficier des nouveaux moyens technologiques, au niveau des effets spéciaux et des décors, ce qui en fait une production scotchante.

L’anecdote : le film est l’adaptation de la nouvelle Les Supertoys, qui devait au départ être adapté au cinéma par Stanley Kubrick. Spielberg devait notamment assurer la production du film, mais suite au décès du réalisateur de 2001 l’Odyssée de l’Espace, Il se chargea de la réaliser. 

Publicité

Arrête Moi Si Tu Peux (2002

Frank Abagnale Jr. est un champion de l’usurpation d’identité. Activement recherché par le FBI, le jeune homme multiplie les escroqueries et devient tour à tour pilote d’avion, médecin ou encore professeur d’université.

Inspiré d’une histoire vraie, le film réunit à l’écran Leonard DiCaprio et Tom Hanks, un duo qui fonctionne. Un scénario à rebondissements très efficace, des acteurs très bons et des seconds rôles de qualité (Christopher Walken, Martin Sheen, Nathalie Baye, Amy Adams, etc.). Un film en somme assez étonnant dans la filmographie de Spielberg, aussi plaisant esthétiquement parlant que scénaristiquement.

L’anecdote : le film a été tourné en 156 jours dans plus de 140 décors différents.

SES DIX FILMS FAVORIS :

  • Fantasia des studios Disney (1940);
  • Citizen Kane d’Orson Welles (1941);
  • Un nommé Joe de Victor Fleming (1943);
  • La vie est belle de Frank Capra (1946);
  • La guerre des mondes d’Orson Welles (1953) dont il fera un remake en 2005;
  • Psychose d’Alfred Hitchcock (1960);
  • Lawrence d'Arabie de David Lean (1962);
  • 2001, l'odyssée de l'espace de Stanley Kubrick (1968);
  • Le parrain de Francis Ford Coppola (1972);
  • La Nuit Américaine de François Truffaut (1973).

SES INSPIRATIONS

  • François Truffaut :

Vous l’aurez sans doute reconnu : François Truffaut joue le rôle du scientifique dans Rencontres du Troisième Type. Spielberg avouera avoir beaucoup d’admiration pour le réalisateur français, et lui dédiera indirectement E.T. l’extraterrestre.

  • David Lean :

Considéré comme l’un des plus grands réalisateur de l’histoire, David Lean a entre autre réalisé Le Pont de la Rivière Kwaï, Lawrence d’Arabie ou encore Le Docteur Jivago.

Spielberg le cite souvent comme une source d’inspiration majeure, notamment le côté épique de ses films qui doit beaucoup à la filmographie de Lean (Le Pont de la Rivière Kwaï était d’ailleurs le film préféré de Spielberg lorsqu’il était plus jeune).

L’Empire du Soleil, réalisé par Spielberg (l’un des premiers rôles du très jeune Christian Bale) devait à l’origine être réalisé par Lean et produit par Spielberg mais Lean abandonna le projet.

  • Stanley Kubrick :

Spielberg le cite comme un des meilleurs réalisateurs de l’histoire, et aussi comme un ami. « Kubrick était terriblement incompris et perçu comme un reclus parce qu'il fuyait la presse. Mais il était capable de décrocher son téléphone et téléphoner à un parfait inconnu pour lui dire combien il avait été impressionné par son film. Pour ceux d'entre nous qui l'ont connu, c'était un ours en peluche, gentil et passionné”.

  • George Lucas :

Les deux hommes ont ensemble l’idée de créer le personnage d’Indiana Jones, un des plus gros succès de Spielberg au cinéma. L’idée provient de Lucas, le réalisateur de la saga Star Wars, qui voulait faire revivre le film d’action des années 30. Spielberg cite souvent Lucas comme un modèle.

S’ajoutent à ces quelques réalisateurs d’autres grands noms du cinéma, qu’il n’hésite pas à citer comme source d’inspiration :

  • John Sturges
  • Ingmar Bergman
  • Vincent Minnelli
  • Frez Zinnemann
  • Akira Kurosawa
  • Howard Hanks
  • Alfred Hitchcock
  • Francis Ford Coppola
  • John Schlesinger
  • Orson Welles
  • Arthur Penn
  • Fritz Lang
  • John Cassavetes
  • Billy Wilder
  • Frederico Fellini
  • John Ford
  • Frank Capra
  • Walt Disney
  • John Ford
  • John Huston
  • Elia Kazan
  • Milos Forman

SES HERITIERS

  • J.J. Abrams :

Désigné comme le successeur direct de Spielberg, J.J. Abrams a déjà une filmographie assez conséquente : créateur de Lost, Fringe, scénariste d’Armageddon, Mission Impossible 3 (dont il est également réalisateur) et réalisateur de Star Trek, Super 8 et des prochains Star Wars.

C'est un cinéaste dont la période d’inspiration de situe en plein dans celle où Spielberg est au plus haut, Abrams n’hésite pas à utiliser des techniques propres à celles de son idole : utilisation du Super 8, de maquettes, du fameux « Lens Flare » (reflet de lumière sur l’objectif), persistance à utiliser l’argentique au lieu du numérique, exploitation de thèmes semblables (par exemple les enfants et la science-fiction : Super 8 / E.T.).

  • Michael Bay :

Michael Bay – maître du blockbuster américain - est souvent cité comme un film spirituel de Steven Spielberg. Bay et Spielberg ont notamment été associés sur Transformers, où Spielberg était à la production (Spielberg pousse notamment le réalisateur de Pearl Harbor à réaliser un Transformers 4. Comme quoi, personne n’est parfait). 

Sans citer réellement de noms, on peut supposer que nombre de cinéastes contemporains se sont inspirés du travail de Spielberg, dont la période d’activité s’étend maintenant sur presque cinquante ans. La particularité de Spielberg réside dans le fait qu’il fait avant tout du cinéma pour plaire, et qu’il s’est attaqué à de nombreux genres, de la comédie au film historique, de la science-fiction au film de guerre.

On vous conseille également : 

Article écrit par Etienne Dang. Vous pouvez le retrouver sur Twitter.

Par Konbini Staff, publié le 28/02/2013

Copié

Pour vous :