AccueilCinéma

Les stars de Bienvenue à Zombieland pourraient bien revenir dans la suite

Publié le

par Mejda Dihi

Le scénario de Bienvenue à Zombieland 2 est bouclé. Bonne nouvelle : Jesse Eisenberg, Woody Harrelson, Abigail Breslin et Emma Stone sont chauds pour revenir. Il ne reste plus qu'à trouver le bon budget...

(© Sony Pictures)

Sorti en 2009, Bienvenue à Zombieland avait connu un vif succès, au point qu'une suite est envisagée depuis des années. La comédie d'horreur de Ruben Fleischer mêlant humour déjanté et zombies avait un casting particulièrement prestigieux, avec des acteurs majeurs tels que Bill Murray, Jesse Eisenberg, Woody Harrelson, Abigail Breslin et Emma Stone.

Bonne nouvelle : le même casting est envisagé pour Zombieland 2, comme l'ont annoncé les scénaristes Rhett Reese et Paul Wernick (derrière Deadpool et Life : Origine inconnue) à ComicBook.com. Si Sony n'a pas encore donné son accord, le film est en bonne voie :

"Nous essayons de faire en sorte que ça fonctionne. Toute l'équipe a déjà lu le script et l'a adoré. Ruben a déjà signé. Maintenant, tout est question des salaires du casting et de l'établissement du budget. Tous les membres du casting sont devenus des superstars désormais. Nous avions fait Bienvenue à Zombieland avec 20 millions de dollars, alors il faut que le modèle financier du projet corresponde à celui d'une suite, que cela ait du sens pour le studio, et qu'il puisse payer les acteurs autant qu'ils sont payés désormais – et autant qu'ils le méritent. 

Nous voyons Tom Rothman, le président de Sony Pictures, très régulièrement en ce moment et nous le harcelons. Il n'arrête pas de nous dire 'S'il vous plaît, arrêtez de me parler de Zombieland !'. Nous le harcelons de la même manière que nous avons harcelé la Fox pour Deadpool. On ne lâche rien. Nous avons vraiment envie de voir Zombieland 2."

Quand on repense à l'accueil plus que mitigé qu'avait reçu le pilote de la série dérivée du film (un show mort-né qui avait notamment floppé en raison de l'absence des quatre stars), on comprend beaucoup mieux pourquoi les créateurs du long-métrage ne veulent pas reprendre des risques.

En attendant, on peut toujours se remater le premier opus :

À voir aussi sur konbini :