AccueilCinéma

Lucasfilm a cloné (numériquement) tous les acteurs de Star Wars

Publié le

par Lucille Bion

Carrie Fisher en général Leia Organa dans « Star Wars VII : Le Réveil de la Force » (© Lucasfilm / Disney)

Tout le monde a été numérisé, juste au cas où.

La regrettée Carrie Fisher dans <em>Star Wars VII : Le Réveil de la Force.</em> (© Lucasfilm/Disney)

On sait que Star Wars use et abuse de la magie du numérique. Après avoir rajeuni Carrie Fischer à l’aide du visage d’Ingvild Deila et ressuscité Grand Moff Tarkin dans Rogue One grâce à la motion capture, Lucasfilm a numérisé tous les acteurs de la saga. C’est avant tout un "processus pour un futur référencement", précise Ben Morris, le superviseur des effets visuels de la franchise, à Inverse. Autrement dit, ces clones pourront servir pour de futurs épisodes. Au cas où, quoi.

Le professionnel des effets spéciaux a expliqué que tous les acteurs étaient passés au "scanner" : les jeunes acteurs, les vieux acteurs et même les créatures.

Dans la postproduction d’un Star Wars, il est en effet souvent nécessaire de recourir à un remplacement numérique. Le dernier exemple en date est issu des Derniers Jedi, quand la mythique Leia apparaît, à travers un mélange d’effets spéciaux mais aussi de vrais plans puisqu’elle avait déjà tourné suffisamment de scènes pour apparaître dans le film (Carrie Fisher nous ayant quittés en décembre 2016). Ben Morris a justement expliqué à Inverse comment avait été tournée la séquence où Leia se retrouve dans l’espace :

"Nous devions être très prudents avec Carrie. Nous ne voulions pas utiliser d'effets pyrotechniques à côté d'elle. Nous avons donc multiplié les plans au moment du tournage et avons ajouté par-dessus du numérique. Quand elle est dans l’espace, c’est une Leia digitale.

Dans les gros plans, c’est Carrie. Et quand elle vole au-dessus des débris, c’est un mélange. Nous n’avons pas mis Carrie sur des fils. Plus tard, nous avons fait appel à des cascadeurs comme référence pour son remplacement numérique."

Selon Stephen Alpin, ce type de scènes a coûté beaucoup moins cher à tourner, et serait donc maintenant à privilégier. Si l’actrice avait été filmée et qu’ensuite on avait rajouté des effets spéciaux, le budget aurait été plus élevé. Le fait de tout faire numériquement, avec un clone, est donc plus rentable et laisse une certaine liberté. Cette avancée incroyable pourrait donc devenir un nouveau réflexe pour Lucasfilm.

À voir aussi sur konbini :