( © Ghost in the Shell)

Face à la polémique, Scarlett Johansson renonce finalement à jouer un homme trans

Sage décision. Après la polémique sur Rub & Tug, l’actrice américaine a fait savoir qu’elle abandonnait son rôle d’homme transsexuel.

En 2017, l’actrice américaine avait été décriée pour avoir incarné un personnage normalement asiatique dans Ghost in the Shell. (© Paramount Pictures)

Raillée sur les réseaux sociaux, Scarlett Johansson préfère se retirer du casting du prochain film de Rupert Sanders, Rub & Tug. L’actrice avait été castée pour tenir le rôle principal d’un biopic sur Jean Marie Gill, aka Dante "Tex" Gill, un homme trans connu pour son influence durant les années 1970 dans le monde du crime de Pittsburgh, notamment dans le milieu de la prostitution avec ses salons de massage.

Publicité

Le choix d’une femme cisgenre pour interpréter un homme transsexuel avait déçu de nombreuses personnes. Au vu des critiques virulentes qui se sont répandues sur Twitter et des internautes qui se sont amusés à parodier l’actrice, il fallait éteindre le feu rapidement, avant que le projet ne tombe définitivement à l’eau. C’est pour cela que Scarlett Johansson a annoncé au magazine Out sa décision de quitter le navire :

"En raison des questions éthiques soulevées par le rôle de Dante 'Tex' Gill que je devais interpréter, j’ai décidé de me retirer du projet. Notre vision des transgenres continue d’évoluer et j’ai beaucoup appris de la communauté depuis la première fois où je me suis exprimée sur mon rôle.

Je me suis rendu compte que cette déclaration était insensible. J’ai une grande admiration et beaucoup d’amour pour la communauté transsexuelle et je suis ravie que le débat autour de l’inclusion à Hollywood continue."

En effet, la première fois que l’actrice avait été attaquée sur Twitter, elle avait immédiatement répliqué dans les colonnes de Bustle, en invitant ses détracteurs à se replonger dans le film Dallas Buyers Club ou la série Transparent, dans lesquels Jared Leto et Jeffrey Tambor ont chacun incarné une femme trans. Le premier avait même remporté un oscar pour sa performance.

Publicité

Cette déclaration, alors que notre société est de plus en plus sensible aux notions d’authenticité, de diversité et de représentation, a ravivé la colère de la communauté LGBTQ+, qui se bat pour que les personnages trans soient joués par des acteurs ou des actrices trans.

Pour rappel, pour Ghost in the Shell (aussi réalisé par Rupert Sanders), Scarlett Johansson avait déjà été accusée de faire du whitewashing, en jouant un personnage asiatique, le major Motoko Kusanagi.

Par Lucille Bion, publié le 16/07/2018

Copié

Pour vous :