( Le Loup de Wall Street © Metropolitan FilmExport )

Pourquoi Margot Robbie a épié des jeunes filles conservatrices sous un faux compte Twitter

Ses devoirs maison : scroller Twitter et regarder La Revanche d'une blonde.

Dans Scandale, Margot Robbie interprète Kayla Pospisil, une productrice de Fox News ambitieuse et très conservatrice, qui va finir par s’allier à ses collègues pour dénoncer le harcèlement sexuel que leur a fait subir Roger Ailes, le PDG de la chaîne.

Contrairement à Charlize Theron et Nicole Kidman, qui interprètent respectivement la présentatrice vedette de la chaîne Megyn Kelly et la journaliste Gretchen Carlson, son personnage est une pure composition et n’a jamais existé.

Publicité

Robbie a donc dû trouver un moyen pour parvenir à se glisser dans la peau de ce personnage, très éloigné de ce qu’elle est. "Je n’ai pas grandi en regardant Fox News et je n’ai pas grandi dans le même environnement que Kayla, a-t-elle confié à Entertainment Weekly. J’ai eu du mal à comprendre son point de vue et Twitter s’est avéré l’outil le plus efficace pour y parvenir."

Pour cela, elle a opté pour une plongée dans des profondeurs obscures où s’expriment en toute impunité les opinions les plus conservatrices : Twitter, grâce à un faux compte de composition, comme son personnage. Ainsi, elle a pu suivre les interactions d’une communauté de jeunes Américaines conservatrices, très actives sur ce réseau, et tenter de comprendre leur point de vue.

Si l’actrice n’a pas révélé son pseudo ni les personnes qu’elle a choisi de suivre pour son travail anthropologique 2.0, on ne serait pas surpris de voir figurer parmi ses inspirations les noms de Tomi Lahren, jeune présentatrice de Fox News très conservatrice, ou encore Ivanka Trump.

Publicité

Outre Twitter, l’Australienne Margot Robbie a également dû travailler l’accent très américain de Kayla Pospisil, originaire de Floride. Pour cela, elle s’est inspirée du travail d’une autre blonde célèbre du cinéma, Reese Witherspoon dans La Revanche d’une blonde.

Par Manon Marcillat, publié le 03/01/2020