(© Lucasfilms)

Star Wars : Samuel L. Jackson s’est entrainé pendant 5 semaines pour un combat de 2 minutes

Quand il se prépare pour ses rôles, l’acteur américain ne fait pas les choses à moitié.

(© Lucasfilm)

L’un des personnages les plus cultes de la franchise de George Lucas est pourtant un héros furtif, que l’on voit assez peu à l’écran. Mace Windu, incroyable Jedi au sabre laser violet incarné par Samuel L. Jackson, apparaît dans La Menace Fantôme et finit assassiné par un Palpatine rabougri dans La Revanche des Sith.

Publicité

Ce que retiennent les fans de Star Wars, c’est surtout que Mace Windu a coupé la tête de Jango Fett et qu’il était à deux doigts d’arrêter Palpatine avant qu’Anakin ne devienne le Dark Vador que l’on connaît tous dans un combat assez dingue, qui finit sur la triste mort du Jedi tant aimé. Deux minutes d’un duel aux sabres qui a nécessité pas mal d’entraînements pour Samuel L. Jackson.

Pour la promo des Indestructibles 2, l’acteur qui a rapporté le plus d’argent au box-office (plus de cinq milliards de dollars entre ses films Marvel, Star Wars et ses dizaines d’autres projets) s’est fait interviewer par GQ en répondant aux questions des internautes. Il en vient de lui-même à expliquer comment il s’est préparé pour ce combat épique, et ce n’était visiblement pas de la tarte.

"La majorité des combats sont chorégraphiés. Les combats de sabre laser ? Cela m’a pris un bout de temps d’apprendre à les faire […] Le dernier que j’ai fait avec l’Empereur avait 99 mouvements à travers trois chambres, à réaliser à l’envers pour moi.

Donc deux semaines [d’entraînement, ndlr] en baskets et en short, puis deux semaines en bottes, et encore une semaine en tenue de Jedi, avec les bottes et le sabre laser, avant qu’on ne tourne réellement la scène. C’était plutôt intense."

Publicité

Une anecdote qui rend presque encore plus cool l’acteur le plus cool du tout Hollywood. On ne peut pas lui reprocher de faire les choses à moitié, en tout cas. Vous pouvez retrouver toute l’interview juste ici :

Par Arthur Cios, publié le 22/06/2018

Copié

Pour vous :