AccueilCinéma

Roger Carel, la légende du doublage derrière Astérix et C-3PO, est mort

Publié le

par Manon Marcillat

(© AlloDoublage)

Il avait 93 ans.

L’acteur Roger Carel, comédien et légende du doublage francophone, qui a prêté sa voix à de nombreux personnages de dessin animé dont Astérix et Mickey, est décédé à l’âge de 93 ans, a-t-on appris vendredi de son fils. L’acteur est mort le 11 septembre et a été inhumé jeudi dans la plus stricte intimité à Villejésus (Charente), a précisé à l’AFP son fils Nicolas, confirmant une information du Parisien.

Né Roger Bancharel le 14 août 1927, Roger Carel a prêté sa voix à de nombreux acteurs et personnages, de Jerry Lewis à Peter Sellers au droïde C-3PO de Star Wars en passant par Winnie l’ourson et Alf. Il a été la voix d’Astérix de 1967 à 2013.

Il fait ses premières armes au théâtre et dans les feuilletons radiophoniques, où sa voix singulière au ton malicieux, qu’il transforme à volonté, le rend rapidement célèbre. Ses capacités vocales, qui lui permettent d’interpréter plusieurs personnages dans une même œuvre, lui ouvrent la porte des premiers studios de dessins animés.

La voix française de Mickey, Kermit ou encore Hercule Poirot

Signe de son succès, il est régulièrement enrôlé pour la voix française de Mickey mais aussi celle du serpent Kaa dans Le Livre de la jungle, avant Winnie l’ourson, Kermit la grenouille, le chat d’Alice au pays des merveilles, Benny Hill ou encore Hercule Poirot. En 1975, Disney lui confie même la voix du personnage de Jiminy Cricket dans un nouveau doublage de Pinocchio d’Hamilton Luske et Ben Sharpsteen.

Roger Carel doublera aussi des acteurs de renom, dont Charlie Chaplin dans Le Dictateur, Jack Lemmon et Peter Ustinov. En 2012, le comédien reçoit le prestigieux prix Henri-Langlois dans la catégorie doublage.

Il était également acteur de cinéma et est notamment apparu dans Le Vieil Homme et l’Enfant (1967) de Claude Berri, Elle cause plus… elle flingue (1972) de Michel Audiard ou encore Papy fait de la résistance (1983) de Jean-Marie Poiré.

Konbini avec AFP

À voir aussi sur konbini :