Ces grands classiques qui ressortent au cinéma

Fellini, Hitchcock, Tati ou encore Wim Wenders : comme chaque été, le septième art vous donne rendez-vous avec les oeuvres de grands maîtres dans les salles obscures.

Marcello Mastroiani et Anita Eksberg dans La Dolce Vita de Federico Fellini

Marcello Mastroiani et Anita Ekberg dans La Dolce Vita de Federico Fellini

Peut-être, ces dernières semaines, êtes-vous tombés nez-à-nez avec une blonde mutine sur une affiche rose fushia au détour d'un couloir de métro. Cette chevelure dorée, c'est celle de Nastassja Kinski dans Paris, Texas, la Palme d'or décrochée par Wim Wenders en  1984 et qui ressort aujourd'hui dans les salles obscures.

Publicité

Car depuis quelques années déjà, la saison estivale est une période bénie pour les cinéphiles. Aux côtés des traditionnels blockbusters, les cinémas français invitent dans leurs salles de grands classiques pendant les mois d'été. Et 2014 ne fait pas exception à la règle : depuis début juillet sont proposés certains incontournables de l'histoire du 7ème art, accompagnés de festivals et autres projections en plein air.

Visionner des chefs-d'oeuvre sur grand écran

Une occasion de faire découvrir ou redécouvrir des chefs-d'oeuvre dans leurs versions restaurées numérisées et d'attirer l'attention des nouvelles générations. "On a une actualité de réédition constante tout au long de l'année, mais c'est vrai qu'on a des sorties assez, voire plus importantes, en termes de nombre de salles et de frais d'édition en période estivale", expliquait au Parisien Vincent Paul-Boncour, cofondateur de la société spécialisée Carlotta Films. Pour lui, ces deux mois représentent plus de 25% de ses sorties annuelles.

Tout comme Carlotta Films, plusieurs sociétés et distributeurs français profitent du "creux" de l'été pour avoir plus facilement accès aux salles. Ils misent également sur le fait que les spectateurs ont plus de temps libre, et sont donc plus enclins à se laisser séduire par le cinéma classique.

Publicité

Vincent Paul-Boncour explique :

La mi-juillet est plutôt une bonne date car on est en pleine période de vacances. Les gens sont disponibles en termes de temps et de films, un esprit plus propice pour aller voir ou revoir un classique du cinéma, doté d'une "belle restauration".

Publicité

Autour de ces sorties, le marketing est savamment étudié : les affiches des grands classiques prennent place dans le métro, les kiosques et les abribus aux côtés des comédies estivales et des films d'actions. Ainsi, depuis quelques semaines, on découvre le mythique carré blond de Nastassja Kinski sur l'affiche de Paris, Texas, ou une image de Mr Hulot (le personnage principal de Playtime) de dos, pour promouvoir la satire de Jacques Tati. Les sorties sont événementialisées pour attirer le plus de spectateurs possible en salles.

De plus en plus de ressorties au cinéma

Ce sont plus d'une dizaine de classiques qu'il est possible de découvrir tout l'été sur grand écran. Vous pouvez donc frissonner avec Carry Grant grâce au maître du suspense et son incontournable La Mort aux trousses (avec un sublime générique signé Saul Bass), verser quelques larmes en (re)visionnant Jeux Interdits de René Clément, ou (re)découvrir Rome dans l'oeil de Fellini aux côtés de Marcello Mastroianni et l'incandescente Anita Ekberg (La Dolce Vita).

Parmi ces sorties, on retrouve aussi des films moins connus, comme Dommage que tu sois une canaille, une comédie italienne de 1955 réalisée par Alessandro Blasseti avec un casting trois étoiles qui réunit Sophia Loren, Marcello Mastroianni et Vittorio de Sica, mais aussi Sacco et Vanzetti de Giuliano Montaldo, projeté au Festival de Cannes en 1971 et très chaleureusement accueilli aussi bien par la critique que le public.

Publicité

Massacre à la tronçonneuse de

Massacre à la tronçonneuse (1974) de Tobe Hooper ressort en salles le 29 octobre.

Mais que les amoureux du 7ème art se rassurent. Si la période estivale est effectivement un moment où les ressorties sont nombreuses, il y en a aussi tout au long de l'année – et de plus en plus. Dès la semaine prochaine, vous pourrez ainsi découvrir sur grand écran L'Étang Tragique de Jean Renoir, en septembre Fritz Lang vous fera frémir avec Le Secret derrière la porte, tout comme Roman Polanski avec Rosemary's Baby.

Le 24 septembre, l'incontournable Jean Gabin revient sur grand écran sous l'objectif de Marcel Carné dans Le jour se lève (1939). Mi-octobre, on retrouvera le duo Deneuve-Depardieu sous la direction de François Truffaut dans le mythique Dernier Métro. Enfin, pour les amateurs de cinéma d'horreur, notez la ressortie de Massacre à la tronçonneuse de Tobe Hooper et de Videodrome de David Cronenberg le 29 octobre. Qu'on se le dise, les chefs-d'oeuvre du 7ème art nous feront toujours d'avantage vibrer sur grand écran.

Par Constance Bloch, publié le 13/08/2014