AccueilCinéma

Au Royaume-Uni, Joker est le film qui a reçu le plus de plaintes en 2019

Publié le

par Louise Leboyer

©Copyright 2019 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved. TM & © DC Comics / Niko Tavernise

Le film a surtout été épinglé pour sa violence.

Le British Board of Film Classification a reçu 149 plaintes en 2019. Parmi elles, 20 concernaient Joker, faisant de lui le film ayant reçu le plus de plaintes au Royaume-Uni. Le motif : une interdiction au moins de 15 ans jugée trop laxiste. Dans son rapport annuel, la BBFC l’admet : "Il y a des scènes d’intense violence qui incluent des coups de couteau et des coups de feu, avec des blessures sanglantes." Pourtant, l’ONG ne regrette pas son choix de limite à 15 ans et affirme que le film ne "s’attarde pas sur les douleurs et blessures infligées de manière à devoir être interdit aux moins de 18 ans."

Face aux critiques reçues sur son film à ce sujet, Todd Philipps avait défendu une vision réaliste de la violence du monde, loin de la version caricaturée de The Avengers ou John Wick, selon lui. Au New York Film Festival, le réalisateur avait demandé au public :

"Est-ce que ce n’est pas une bonne chose de s’éloigner de cette caricature de la violence à laquelle nous avons fini par être immunisés ? J’ai donc été étonné qu’on me le reproche, que ça semble irresponsable parce que pour moi, c’est tout à fait responsable de donner du réel à la violence et d’en faire ressentir son poids."

En 2018, c’était Red Sparrow qui avait reçu le plus de plaintes. Avec 64 réclamations, la limite d’âge du film de Francis Lawrence, avec Jennifer Lawrence, face à la violence de certaines scènes avait également été dénoncée. Si Joker prend la tête du classement, le conseil britannique note une certaine baisse dans le nombre de plaintes reçues. En effet, entre 2018 et 2019, le nombre de plaintes envoyées à l’organisme a diminué de moitié.

Une diminution due à un public britannique de plus en plus accoutumé à la violence cinématographique, comme le suggère IndieWire. À titre comparatif, à sa sortie en 2008, The Dark Knight avait valu au BBFC 364 plaintes. Sans relancer le débat sur la comparaison des qualités d’interprétation entre Heath Ledger et Joaquin Phoenix, la perception de la violence du personnage par les spectateurs semble avoir évolué en 11 ans. 

Si une partie du public britannique s’offusque d’une interdiction aux moins de 15 ans seulement, on se demande s’ils savent qu’en France le film n’était interdit qu’aux moins de 12 ans. 

À voir aussi sur konbini :