AccueilCinéma

De Netflix à Disney+, les réalisateurs veulent être payés plus justement

Publié le

par Arthur Cios

(© Netflix)

Une association de cinéastes européens demande plus de transparence sur les chiffres du streaming et une rémunération plus juste.

Alors que le système de diffusion de films en streaming est en train de devenir une nouvelle norme, des voix s’élèvent. Et ce n’est que le début, car les plateformes ont débarqué il y a moins de dix ans. Il est certain que dans les années à venir, tout un tas d’acteurs de l’industrie cinématographique vont réclamer leur part du gâteau.

Cela avait commencé par l’Union européenne, qui compte bien forcer les services à réinvestir une partie de leur chiffre d’affaires dans les marchés locaux. Désormais, une autre réclamation vient pointer le bout de son nez.

The Hollywood Reporter nous rapporte que la FERA (Federation of European Screen Directors) a demandé à Netflix, Amazon Prime, Disney+ et autres plateformes plus de transparence sur les résultats, et une rémunération plus juste.

La logique est que quand un film cartonne, le réalisateur gagne plus d’argent que s’il fait un four. Or, pour l’instant, qu'importe les résultats d’un film sur la plateforme de streaming, le cinéaste dudit long-métrage sera payé de la même manière — le deal étant fait en amont de la diffusion, basé sur le budget du film et sans possibilité d’évolution.

L’association a donc demandé davantage de transparence sur les chiffres de consommations des œuvres. Netflix a communiqué sur quelques cartons, mais cela n’est pas systématique. Or, comme l’explique la FERA dans son texte :

"Sans les informations sur les véritables performances de leurs travaux, les auteurs et leurs représentants négocient à l’aveugle".

Reste à savoir comment les négociations vont se faire pour que la transparence devienne norme.

À voir aussi sur konbini :