Oui, un troisième film "Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?" pourrait voir le jour

"Là, je trouve que c’est un film bien français dans ce que l’on aime" se ravit d’avance Christian Clavier qui n’en peut plus des "familles à l’américaine".

À peine sortie au cinéma, la suite de Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? marque un très beau démarrage. Devant ces résultats très satisfaisants, son réalisateur, Philippe de Chauveron, compte bien continuer dans cette lancée en poursuivant les aventures faussement palpitantes des familles Verneuil et Koffi.

Publicité

Le réalisateur de cette nouvelle poule aux œufs d’or du cinéma français a déclaré au micro d’Europe 1 :

"Il y a l’envie de repartir. Ces personnages sont très nombreux donc on peut créer des milliers d’histoires."

Christian Clavier, tête d’affiche des deux comédies populaires, a ajouté son petit grain de sel dans les studios, pas peu fier de tourner dans des productions "bien françaises" :

Publicité

"Ce n’est pas une famille à l’américaine, insupportable avec les 'I love you', 'I love you too', 'I love you Dad'… que je ne peux plus supporter. On péterait le poste tellement c’est con ! Là, je trouve que c’est un film bien français dans ce que l’on aime."

Ce deuxième volet se concentre sur les manigances de Claude et Marie Verneuil, qui tentent de retenir leurs enfants en France alors que leurs quatre gendres, Rachid, David, Chao et Charles sont bien décidés à quitter le pays avec leurs femmes et leurs enfants pour tenter leur chance à l’étranger.

Quatre ans plus tard, le public français semble très content de retrouver ces personnages à l’écran puisque si l’on compare les deux démarrages au box-office, Qu’est-ce qu’on a encore fait au bon Dieu ? enregistre un nombre d’entrées supérieur, soit 362 209 entrées en une seule journée. Autrement dit, et puisque les chiffres ont raison de tout, nous ne sommes clairement pas à l’abri d’un troisième volet, dont la seule chose qui nous excite est de savoir quel titre sera choisi.

Publicité

Par Lucille Bion, publié le 01/02/2019

Pour vous :