AccueilCinéma

"Les Asiatiques ne sont pas expressifs" : le whitewashing justifié par un directeur de casting

Publié le

par Lucille Bion

Lucy Liu dans Kill Bill. (© Miramax)

Lorsqu’un directeur de casting lâche que "les Asiatiques ne sont pas très expressifs", Internet s’emballe avec le hashtag #ExpressiveAsians, dénonçant encore et toujours l’une des plus vieilles pratiques de Hollywood : le whitewashing.

Lucy Liu dans <em>Kill Bill</em>. (© Miramax)

Tout a commencé par un article de Paste, soulignant l’invisibilité des Asiatiques à Hollywood et constatant qu’en 2017, les acteurs d’origine asiatique ne sont toujours pas sous les projecteurs. Bien sûr, on se souvient du redoutable Gordon Liu et de la charismatique Lucy Liu dans Kill Bill. Il y a aussi les coups de pied de Bruce Lee et de Jackie Chan. Et plus récemment, Lee Sun Gyun nous a fait rêver dans Hard Day.

Malgré ce problème récurrent, la journaliste Kenneth Lowe rappelle le principe du whitewashing, en rabâchant une énième fois les grands maux de Hollywood, comme pour mieux sensibiliser : celui-ci consiste à prendre un acteur caucasien à la place d’une personne de couleur, à l’inverse des spécifications du scénario. Elle rapporte d’ailleurs que 77 % des auditions recherchent spécifiquement un acteur blanc.

Pour développer ses idées, elle cite la sociologue Nancy Wang Yuen qui, dans son ouvrage Reel Inequality: Hollywood Actors and Racism, cite les propos (plus que limites) d’un directeur de casting – lequel a souhaité rester anonyme :

"Je travaille avec beaucoup de gens différents, et les Asiatiques sont vraiment un challenge parce que la plupart des directeurs de casting trouvent qu’ils ne sont pas très expressifs. Ils ne montrent pas leurs émotions… Si c’est juste pour se mettre face à un ordinateur ou jouer des scientifiques, ils le feront sans problème ; mais si c’est pour un rôle où il faut vraiment jouer la comédie dans le but d’obtenir une performance, c’est un défi."

Malaise. Les réseaux sociaux, et plus particulièrement Twitter ont répliqué avec le hashtag #ExpressiveAsians. Maurene Goo, une romancière américaine d’origine asiatique, est à l’initiative de ce petit coup de gueule sur la Toile. Depuis le 8 septembre, elle a été suivie par beaucoup d’autres :

À voir aussi sur konbini :