AccueilCinéma

Quand Keanu Reeves refusait de faire pleurer une actrice sur un tournage

Publié le

par Lucille Bion

Avec cette anecdote sur Francis Ford Coppola, Keanu Reeves confirme qu'il est un grand prince, respectueux de la gent féminine.

Dans un long entretien accordé au Sunday Times, l’actrice Winona Ryder a évoqué l’antisémitisme de l’industrie hollywoodienne et a confirmé que Keanu Reeves était un grand prince. Dans cette interview fleuve, l’actrice de Stranger Things, que les réalisateurs s’arrachaient dans les années 1990s, révèle une anecdote du tournage de Dracula qui confortera les fans de Keanu Reeves, déjà très nombreux.

Sur le plateau, Francis Ford Coppola souhaitait que Winona Ryder pleure à chaudes larmes pour les besoins d’une scène, à savoir celle où le fameux vampire aux yeux rouges se désintègre en une multitude de rats. Le réalisateur, dans un élan tyrannique, a demandé à Keanu Reeves et ses partenaires de jeu, Richard E. Grant et Anthony Hopkins, d’insulter l’actrice pour réussir à la faire pleurer. Ces derniers auraient tous refusé cette méthode un peu cruelle.

De cet élan de solidarité résultera cette scène. On peut voir Keanu Reeves et sa perruque grisonnante secourir (la très jeune) Winona Ryder, incarnant Mina Murray, sosie d’Elisabeta, l’amour ancestral du comte. Cette dernière apparaîtra finalement bien démunie devant ce spectacle horrifique :

Cet incident a lié d’amitié la comédienne et le comédien dans la vie. Au cinéma, ils se sont donné la réplique plusieurs fois par la suite, d’A Scanner Darkly en 2006 à Destination mariage et plus si affinités… en 2018 en passant par Les Vies privées de Pippa Lee en 2009.

Keanu Reeves, déjà adulé par Internet, entre son humilité exemplaire, sa faculté à générer des mèmes, ses derniers projets comme John Wick et sa participation en tant qu’antagoniste du jeu Cyberpunk 2077, continue de marquer des points en se révélant ainsi comme un homme de principes, n’envisageant pas un seul instant de faire pleurer les femmes. Même si c’est le grand Coppola qui l’ordonne.

À voir aussi sur konbini :