AccueilCinéma

La promo de Premier Contact entachée d'une bourde sur une affiche

Publié le

par Charles Carrot

Une affiche du film fusionnait malencontreusement les villes de Hong Kong et Shanghai, ce qui n'est vraiment pas une chose à faire.

À gauche : au-dessus du rivage de Hong Kong, le slogan du film demande "Pourquoi sont-ils là ?". Mais la question ne faisait évidemment pas référence aux... gratte-ciels de Shanghai. À droite : l'affiche dûment corrigée (© Paramount Pictures).

Intrigant thriller de science-fiction prévu pour la fin de l'année, réalisé par l'éminent Denis Villeneuve, Premier Contact (Arrival en VO) a commis une bourde un peu gênante dans sa promotion. En début de semaine, en même temps que la sortie d'une belle bande-annonce, la page Facebook officielle du film a en effet révélé une série de 12 affiches (pour autant de lieux différents)... et l'une d'entre elles a posé problème.

"Hong Kong n'est pas la Chine"

Sur un des douze posters (ci-dessus à gauche), on pouvait en effet voir (en plus du gros monolithe flottant important pour le scénario) le rivage de Hong Kong sous un délicat coucher de soleil et, au premier plan... l'un des immeubles les plus célèbres de Shanghai.

Or, non seulement les deux villes se situent à plusieurs centaines de kilomètres l'une de l'autre, mais la bourde a également une portée politique non négligeable : ancienne colonie britannique, la province de Hong Kong a été rétrocédée en 1997 à l'État chinois mais conserve une certaine autonomie politique par rapport à la Chine continentale – à laquelle ses résidents sont très attachés.

#arrivalmovie #hongkong #shanghai #pearltower #lost

Une photo publiée par K Chui (@ninjaying) le

Fusionner ainsi Hong Kong avec Shanghai n'a pas dû tout plu à ces derniers, qui ont fait pleuvoir les commentaires #HongKongIsNotChina ("Hong Kong n'est pas la Chine") sur les pages officielles de Premier Contact.

Rejetant en partie la faute sur une entreprise tierce mandatée pour réaliser les posters, l'équipe marketing du film s'est rapidement excusée pour l'affiche incriminée (la remplaçant par un panorama de Shanghai uniquement).

À voir aussi sur konbini :