(© Sony)

La productrice historique des James Bond est formelle : 007 ne sera jamais une femme

"Bond est un homme. C’est un personnage masculin. Il a été écrit en tant qu’homme et je pense qu’il restera probablement un homme", a déclaré Barbara Broccoli.

(© Sony)

Il y a eu Sean Connery, puis George Lazenby, Roger Moore, Timothy Dalton, Pierce Brosnan et enfin Daniel Craig. Tous ont incarné (plus ou moins longtemps) le plus célèbre des espions britanniques, James "007" Bond.

Publicité

Daniel Craig, le dernier en date, a expliqué que, à la suite de longues négociations, le prochain film dont on ne connaît pas encore le titre mais juste le réalisateur (ce ne sera pas Danny Boyle, mais Cary Fukunaga), sonnera la fin de James Bond pour lui.

Le fait est qu’avant le lancement de la production de ce "James Bond 25", Daniel Craig racontait déjà ne pas vouloir remettre le smoking noir du personnage. Une réflexion sur le remplacement de l’acteur avait alors commencé, une sorte de méga mercato hollywoodien qui a rendu fou à peu près tout le monde.

Et si ce changement d’acteur permettait de changer de paradigme ? Même si le fait d’avoir Daniel Craig (plus petit que la moyenne et blond aux yeux bleus) avait "choqué" certains fans, il est peut-être temps d’envisager un Bond encore plus différent. Et si Bond était noir (poke Idris Elba, que beaucoup aimeraient voir dans le rôle) ? Et si Bond était gay ?

Publicité

L’une des idées les plus récurrentes suggérait de transformer Bond en personnage féminin. Une proposition autant appréciée par de nombreuses femmes et actrices, que dépréciée par les puristes. Car s’il y a d’excellentes candidates pour remplacer Daniel Craig, cela ne semble pas suffire pour ces derniers, qui n’arrivent pas à imaginer 007 autrement qu’en homme blanc buvant son martini devant son Austin Martin. Meh.

L’une des personnes les plus importantes concernant cette problématique s’est enfin prononcée sur le sujet. Barbara Broccoli, productrice historique de la franchise depuis 1987 et la sortie de Tuer n’est pas jouer, a ainsi expliqué au Guardian :

"Bond est un homme. C’est un personnage masculin. Il a été écrit en tant qu’homme et je pense qu’il restera probablement un homme."

Publicité

Au moins, c’est clair. La fille d’Albert Broccoli (qui a produit les 16 premiers James Bond) a précisé sa pensée en ajoutant :

"Et c’est très bien comme ça. Nous n’avons pas à transformer les personnages masculins en femmes. Créons juste plus de personnages féminins et écrivons des histoires qui collent à ces personnages féminins."

Par ailleurs, elle admet que James Bond n’est pas vraiment une franchise féministe, même si elle reconnaît qu’il y a eu du changement à ce niveau-là.

Publicité

"Les premiers films ont été écrits dans les années 1950, donc certaines choses dans son ADN ne pourront probablement changer. Mais regardez la manière dont le monde a changé. Je pense que Bond a évolué et s’est transformé avec le temps.

J’ai essayé de faire ma part du job, et je pense notamment que les films avec Daniel [Craig] semblent bien plus actuels dans la manière dont les femmes sont vues."

Les derniers volets nous ont en effet offert des personnages secondaires féminins plus riches, moins cliché et plus intéressants. On pense, forcément, à Vesper Lynd, interprétée par Eva Green dans Casino Royale en 2006.

Néanmoins, est-ce suffisant ? Barbara Broccoli marque un point : les femmes méritent probablement d’avoir une nouvelle mythologie, de nouveaux personnages et de nouvelles franchises, plutôt que d’hériter de James Bond – qui par nature demeure un artefact d’un ancien monde, où la misogynie était une norme.

Est-ce que Atomic Blonde pourra devenir une franchise aussi légitime que 007, par exemple ? L’avenir nous le dira.

Par Arthur Cios, publié le 09/10/2018

Pour vous :