(© Searchlight / 20th Century Fox)

Les premières critiques encensent le nouveau film de Wes Anderson

L’Île aux chiens a été projeté en ouverture de la Berlinale. Les critiques semblent être largement emballés par le nouveau film d’animation de Wes Anderson.

(© Searchlight Pictures/20th Century Fox)

Une fois encore, le festival de cinéma de Berlin va faire parler les cinéphiles et critiques du monde entier. Entre la présentation du nouveau Gus Van Sant, Don’t Worry, He Won’t Get Far on Foot, le dernier Soderbergh entièrement filmé à l’iPhone, mais aussi Benoît Jacquot, il y a de quoi faire.

Publicité

Mais le véritable événement de cette Berlinale 2018 était la présentation en ouverture de L’Île aux chiens, à savoir le grand retour de Wes Anderson au cinéma d’animation, neuf ans après le sublime Fantastic Mr. Fox. On y suit un jeune Japonais parti à la recherche de son chien sur une île où tous les canidés sont abandonnés, à l’aube d’un génocide canin organisé par le tyrannique maire de Megasaki City, Kobayashi.

S’il faudra attendre le 11 avril prochain pour pouvoir découvrir le long-métrage dans l’Hexagone, on peut déjà se faire une petite idée de l’objet grâce aux nombreux retours des journalistes présents sur place — qui sont, sans surprise, très bons.

Des critiques extatiques sur Twitter

Les critiques saluent bien évidemment le casting de luxe – de Bryan Cranston à Scarlett Johansson, "le travail de doublage est incroyable", précise Forbes –, mais aussi l’impressionnant travail sur l’animation ("une véritable réussite éblouissante" s’exclame Indiewire). L’hommage au Japon et au cinéma japonais, notamment à la filmographie d’Akira Kurosawa, a retenu l’attention du Guardian. Plus surprenant pour un long-métrage de Wes Anderson, The Hollywood Reporter a été frappé par l’aspect politique : "le film a un message politique sous-jacent qui tombe pile à temps."

Publicité

Tous, du Telegraph à Variety, en passant par The Playlist, soulignent la qualité de la bande originale signée par Alexandre Desplat, qui "ne ressemble en rien à ce que le Français, habitué à mettre la mélodie en avant, a déjà composé auparavant".

Toutefois, quelques voix s’élèvent sur la place du personnage de l’étudiante américaine qui lutte contre Kobayashi, et sur le fait qu’une personne japonaise aurait très bien pu faire l’affaire. Les critiques n’ont cependant pas l’air de s’attarder sur le sujet, tant l’axe autour du personnage en question, doublée par Greta Gerwig, est bien plus complet que ça.

Sur Twitter, les réactions sont à peu près similaires :

Publicité

Traduction : "En tant que fan de stop motion, j’ai été époustouflé par L’Île aux chiens de Wes Anderson. Le niveau de détail à chaque plan laisse bouche bée. Déjà envie de le revoir pour mettre pause à chaque plan. J’ai aussi adoré l’histoire et les personnages. Quel grand film."

Publicité

Traduction : "Ravi de rapporter que L’Île aux chiens de Wes Anderson est charmant, à la fois sombre et divertissant. Le niveau de détail et de caractérisation des chiens est exceptionnel, avec aussi un tacle donné aux politiques anxiogènes. Et le meilleur dans tout ça ? C’est que je n’aime même pas les chiens ou les films de Wes Anderson, dont attendez-vous à ce que celui-là soit adoré."

Traduction : "L’Île aux chiens (Anderson) : une surprenante et tout sauf mièvre fable sur l’harmonie entre les hommes, les animaux de compagnie et les déchets. Comme un Roi Lion ou un Les Aventures de Zak et Crysta dans la forêt tropicale de FernGully inversé, ce qui est censé être un très grand compliment."

Traduction : "L’Île aux chiens est une œuvre incroyablement belle. Moins drôle que les autres films de Wes Anderson, mais plus résonnant, politique et émouvant. Vraiment hâte de le voir à nouveau."

L’Île aux chiens sortira en France le 11 avril prochain.

À lire -> Garrel, Duris, Seydoux : le casting luxueux de la VF du prochain Wes Anderson

Par Arthur Cios, publié le 16/02/2018

Pour vous :