AccueilCinéma

Pourquoi Cinquante Nuances de Grey n'est pas si catastrophique que ça

Publié le

par Fanny Hubert

Ce mercredi 11 février marque la sortie du très attendu film-phénomène Cinquante Nuances de Grey. Et si le pire était à prévoir, finalement le résultat n'est pas si catastrophique.

La température commence à monter, n'est-ce pas ? (© Universal )

Ça y est, l'attente (douloureuse pour beaucoup) est enfin terminée. Le film, ou plutôt devrais-je dire le phénomène, Cinquante Nuances de Grey débarque ce mercredi 11 février dans les salles. Adapté du premier tome de la trilogie de E.L James au succès phénoménal, le long métrage réalisé par Sam Taylor-Johnson fait d'ores et déjà beaucoup parler.

Pour être franche, je m'attendais au pire. Autant vous le dire tout de suite, non je n'ai pas lu la trilogie donc je parlerai du film en tant que produit à part entière. Mais au vu de certains extraits que j'ai pu lire et de certaines images de l'adaptation, j'avais beaucoup d'a priori. 

Je suis donc allée hier, le 10 février, à la seule projection presse du film. Et on peut dire qu'Universal ne voulait vraiment pas que des images atterrissent sur le web. Les portables devaient être éteints devant les vigiles et dans la salle ; si l'un d'eux voyait un écran allumé, il ne manquait pas de vous faire la leçon. Les journalistes avaient également l'obligation de signer un contrat pour promettre de ne pas faire de critique du film avant le 11 février à 10h. Du jamais en vu en somme.

Ce dispositif exceptionnel s'inscrit dans la continuité du marketing bien rôdé dont ont fait preuve les producteurs. Le mystère devait être gardé à tout prix. Je me suis dit que, finalement, c'était peut être le dernier Star Wars que j'allais voir... Mais non, c'était bien Cinquante Nuances de Grey. 

Des clichés, en veux-tu, en voilà

Passons maintenant au vif du sujet. Le film commence et les premières images montrent des nuages qui deviennent de plus en plus foncés. Enfin, de plus en plus gris. Vous avez saisi le message ? Grey, égal gris, donc autant mettre le paquet sur la symbolique dès le départ. Je me suis alors dit que si ça commençait avec des ficelles aussi grosses, on était mal barré. Et puis, plus le film avançait, plus je me suis surprise à ne pas complètement le détester.

Alors oui, l'histoire n'est quand même pas très recherchée et accumule un nombre impressionnant de clichés. Anastasia Steele (Dakota Johnsonest un jeune femme vierge de 22 ans qui va tomber sous le charme du milliardaire d'à peine 27 ans, Christian Grey (Jamie Dornan). Ce qui rend cet homme un peu différent des autres, c'est qu'il est adepte du sado-masochisme. Autrement dit, il aime les fouets, les menottes et autres câbles de serrage (que l'on trouve facilement dans un magasin de bricolage, si jamais vous êtes tentés). Et bien évidemment, il a une histoire douloureuse qu'il refuse de raconter. Enfin si, il commencera à la raconter à Anastasia pendant qu'elle dort, ce qui ne permet pas vraiment une bonne écoute.

Christian est un homme qui aime jouer du piano en plein milieu de la nuit, en sous-vêtements, et Anastasia est du genre à venir le rejoindre enveloppée d'un drap blanc. Comme c'est sexy. Ana aime également machouiller un crayon où l'on peut lire dessus, je vous le donne en mille : Grey. Pas besoin de vous expliquer le symbole très subtil.

Quelques jours après leur rencontre, Christian veut boire un café avec sa future soumise mais quand elle lui dit qu'elle est romantique, il se lève dramatiquement et, dans la rue, lui annonce en lui mettant une main sur la joue : "Je dois te laisser partir". Peu de temps après, il ne peut déjà plus "la laisser tranquille". Hum. Et après vas-y que je t'emmène en avion et en hélicoptère. Je m'arrête là, vous aurez compris que certaines situations prêtent à rire.

Anastasia aime les crayons (© Universal)

Moins ridicule que prévu et une BO plutôt réussie

Oui mais voilà, je m'attendais honnêtement à me moquer beaucoup plus de ce film. En termes de romance, il y a bien pire (Twilight par exemple ?). Toute l'intrigue repose sur un contrat que Christian soumet à Anastasia. Si elle signe, elle devient sa soumise et lui son dominant. Ana finira-t-elle par céder à la tentation ? Le suspense est nul mais l'intérêt n'est clairement pas là. Les deux heures de film passent relativement vite et le tout ne fonctionne pas trop mal.

Tout n'est pas niais et il y a même certains passages où l'on sourit. Un certain soin a été apporté à l'esthétique. La musique est l'un des atouts du film. Il s'ouvre sur une version moderne de "I Put A Spell On You" par Annie Lenox. Ce n'est pas vraiment la meilleure, mais bon ça passe. Suivent des chansons langoureuses de The Weeknd, une balade de Sia et surtout le meilleur, les versions remixées d'"Haunted" et "Crazy In Love" de Beyoncé. N'ayez pas honte d'écouter ces titres en boucle.

Le reste de la BO est signée par Danny Elfman, compositeur fétiche de Tim Burton. Qu'est-il donc venu faire dans cette galère, me direz-vous. Mais sa musique correspond étrangement bien à l'univers de Christian et Anastasia.

La surprise Dakota Johnson

S'il y a une chose que je ne m'attendais pas vraiment à adorer, c'est le casting. Je connaissais Jamie Dornan pour son rôle dans Once Upon a Time où il s'en sortait plutôt bien mais sans non plus crever l'écran. Je n'avais pas vraiment eu l'occasion de voir l'étendue du talent de Dakota Johnson (à part quelques minutes dans The Social Network et je n'en avais qu'un souvenir très flou). Fille de Don Johnson et Melanie Griffith, l'actrice a commencé sa carrière dans La Tête dans le Carton à chapeaux d'Antonio Banderas, qui n'est autre que l'ancien mari de sa mère.

J'ai donc été très agréablement surprise par sa performance dans Cinquante Nuances de Grey. Elle s'en sort très bien. Bien sûr, elle joue une femme soumise qui accepte les cadeaux très matériels de Christian, mais elle n'est pas si effacée que cela. Elle ne s'excuse pas d'être là et prouve qu'elle a un certain charisme. Sa manière de mordre sa lèvre a son petit effet.

Le couple qu'elle forme avec Jamie Dornan n'est pas vraiment sans alchimie comme on a pu le lire. Ils vont finalement bien ensemble et le départ de l'acteur Charlie Hunnman (qui devait tenir le rôle de Christian) a sûrement été un mal pour un bien. On regrettera simplement la démarche un peu ridicule de Jamie qui est censée nous montrer que c'est un beau gosse... Et petite mention pour Rita Ora qui apparaît 30 secondes chrono pour jouer la petite sœur de Christian. Dans le dossier de presse, on peut voir : "à l'opposé de Christian, on peut lire dans Mia comme dans un livre ouvert". Vous m'excuserez, mais on n'a pas vraiment le temps de lire quoi que ce soit.

Attention, ça va faire mal... (© Universal)

Et alors, ces 11 minutes de sexe ?

Et le meilleur pour la fin : les scènes de sexe. Selon la critique de The Sun relayée par The Telegraph, il y a 11 minutes de parties de jambes en l'air (ou plutôt de bras ligotés). On va leur faire confiance parce que je n'ai pas chronométré. Il faut donc attendre 40 minutes pour voir pointer des bouts de chair. Ce qui est une durée convenable. Faudrait pas se précipiter non plus.

Est-ce que ces scènes sont crues ? Non, elles sont même très soft. Le film s'est vu seulement interdire au moins de 12 ans en France (contrairement aux États-Unis où il est interdit aux moins de 17 ans). Ce n'est peut être pas assez diront certains et en effet je n'emmènerais pas moi-même mon enfant de 12 ans voir ça, si j'en avais un. Mais quand on sait que les ados peuvent accéder à des contenus porno très facilement sur Internet, ce n'est pas quelques claques et un fouet qui devraient les choquer.

Parce qu'à part une scène où Anastasia reçoit la fessée (pour avoir levé les yeux au ciel) et une autre où Christian abuse un peu trop du fouet avec elle, rien de bien méchant. Les scènes de sexe sont même plutôt stylisées et agréables à regarder. La fameuse chambre rouge qui sert de terrain de jeu à Christian n'est pas ridicule. Et encore une fois, la musique joue un grand rôle puisqu'elle est là pour accentuer la sensualité de ces moments.

À vous maintenant de vous faire votre propre avis.

À voir aussi sur konbini :