Pour le réal de Moonlight, 120 battements par minute aurait dû aller aux Oscars

"Comment ce film ne peut-il pas être considéré comme LE film du moment ?"

Acclamé au dernier festival de Cannes – duquel il était reparti avec pas moins de quatre statuettes, dont celle (tant convoitée) du Prix du jury –, 120 battements par minute a su émouvoir les salles combles de France et d’ailleurs. Mais s’il a secoué les spectateurs et la Croisette, il a visiblement laissé l’Académie de marbre.

En effet, alors que le film sensation de Robin Campillo partait grand favori de la course à l’Oscar du meilleur film étranger, ce dernier a vu ses chances de sacre réduites à néant lorsqu’il n’a pas retrouvé son nom parmi les neuf longs-métrages officiellement présélectionnés pour concourir dans cette catégorie.

Publicité

Si cette omission en a révolté beaucoup, elle ne fait aucun sens non plus pour Barry Jenkins qui, profitant des fêtes pour visionner 120 battements par minute, s’est visiblement pris une énorme claque. Le cinéaste américain, dont le film Moonlight a été primé meilleur film à la dernière cérémonie des Oscars, a laissé entendre – dans une longue tirade via son compte Twitter – qu’il aurait souhaité la même reconnaissance à son homologue français.

C’est ainsi qu’un Jenkins volubile et interloqué a partagé sa frustration dans une série de tweets, qui ont sans doute fait écho au sentiment partagé de déception :

Publicité

Traduction : "Alors… 120 battements par minute est carrément extraordinaire."

Traduction : "Entre Sugar Man et How to Survive a Plague, et il n’arrive même pas à la présélection, je ne sais vraiment pas quoi penser de tout ça."

Publicité

Traduction : "Bien qu’il soit d’une importance cruciale, surtout maintenant, de voir un film basé sur des évènements factuels, mettre en scène des jeunes se battant littéralement pour leur vie – pour toutes nos vies, même – contre les préjugés, contre une politique bureaucratique intolérante (sans parler de la cupidité des laboratoires)."

Publicité

Traduction : "… Alors que tout ça est super important et super pertinent, pour les jeunes comme les plus vieux aujourd’hui, de se voir interprétés en tant qu’œuvre… Ne serait-ce que concernant l’importance symbolique et le pouvoir du corps et d’une organisation…

Traduction : "… 120 BPM est aussi juste un film vraiment incroyable. Et c’est trompeur, parce que les "battements" sont tellement énormes et "dramatiques" et pourtant… Il y a tant de ce que les diplomates expérimentés appellent la "puissance douce" dans le jeu des acteurs. De petits mouvements subtils des yeux (ceux des personnages comme les nôtres), qui battent.

Traduction : "Forcément, je l’ai adoré. Et je me demande juste comment ce film n’est considéré comme LE film du moment ? Est-ce parce que l’on montre du sperme sur le buste d’un homme mourant ? Dans Moonlight, on l’a placé dans le sable parce que ça semblait vrai et naturel dans l’environnement, mais peut-être que @guylodge a raison."

Traduction : "Mais voilà où nous en sommes : les artistes continuent, donc je ne peux que remercier Robin Campillo et toute l’équipe d’avoir réalisé ce film merveilleux. Pour quelqu’un dont la mère a été diagnostiquée séropositive au début des années 90 et qui est toujours avec nous, je suis biaisé et reconnaissant envers Act Up, et cet hommage touchant à leur action."

Par Marie Jaso, publié le 26/12/2017

Copié

Pour vous :