Les plateformes de streaming vont devoir respecter des quotas de productions européennes

Les plateformes de streaming ont désormais l’obligation d’intégrer au moins 30 % de films européens dans leur catalogue. Une nouvelle mesure qui vise à promouvoir la culture européenne.

(© Unsplash)

De nouvelles lois vont être appliquées d’ici la fin de l’année sur les plateformes de streaming, comme Netflix ou Amazon Prime. L’Union européenne veut imposer des quotas sur les œuvres, nous apprend Variety qui a rencontré Roberto Viola, un membre de la Commission européenne chargé des réseaux de communication, des contenus et de la technologie.

Publicité

Si cette stratégie avait déjà été évoquée au mois d’avril, un vote symbolique du Parlement devrait concrétiser ces nouvelles dispositions. Concrètement cela signifie que les catalogues des services de VOD devront désormais proposer au moins 30 % de films locaux, fabriqués en Europe. Les plateformes pourront obtenir les films soit en les commandant, soit en achetant leurs droits. Les plateformes pourront aussi augmenter le prix de leurs abonnements et reverser la différence aux établissements publics qui participent aux financements des projets nationaux, à l’instar du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC). Cette dernière solution est par exemple déjà effective en Allemagne.

Promouvoir la culture européenne

Cet accord oblige d’ailleurs les 28 pays de l’Union européenne à participer davantage à la production audiovisuelle locale en participant au financement des séries et des films produits en Europe. Une nouvelle mesure qui vise à promouvoir la culture européenne. Si le minimum d’œuvres européennes a été chiffré à 30 %, chaque pays pourra plus ou moins adapter ses quotas en fonction des plateformes de streaming, pour arriver jusqu’à 40 %. Toujours selon les informations de Variety, à partir de décembre, les États membres auront 20 mois pour appliquer ces nouvelles mesures.

Netflix a récemment montré son ambition de développer ses propres contenus. Tout a commencé avec Bright, le premier véritable blockbuster de la plateforme, puis The Irishman, Death Note et sa plus grosse production : Six Underground. De fait, Netflix est devenu le premier producteur de film au monde. Pour 2019, les services de vidéo à la demande devront s’efforcer de mettre en avant ces nouveaux produits "Made in Europe", qui risquent d’être noyés par d’autres super-productions américaines.

Publicité

 

Par Lucille Bion, publié le 04/09/2018

Copié

Pour vous :