(FILES) In this file photo taken on October 16, 2013 French-Tunisian director Abdellatif Kechiche poses during a photocall to promote the release of the movie « La Vita di Adele » (Blue Is the Warmest Colour) in Rome. – The Paris prosecutor’s office has opened an investigation into sexual assault against director Abdellatif Kechiche, who disputes the facts after a woman’s complaint was filed on October 6, 2018, a source close to the case said on October 31, 2018, confirming information from French news channel BFMTV. (Photo by Tiziana FABI / AFP)

Une plainte déposée contre Abdellatif Kechiche, accusé d'agression sexuelle

Le réalisateur de La Vie d’Adèle et de L’Esquive est accusé par une actrice de 29 ans.

Abdellatif Kechiche en 2013. (© Tiziana Fabi/AFP)

Publicité

Le réalisateur sulfureux, derrière les deux chefs-d’œuvre La Vie d’Adèle et Mektoub my Love, est visé par la justice. Une plainte a été déposée contre lui par une jeune comédienne de 29 ans, explique ce mercredi 31 octobre BFM TV. Une enquête préliminaire a été ouverte.

Les faits se seraient déroulés dans la nuit du 23 au 24 juin, à la suite d’un dîner dans le XXe arrondissement de Paris. La victime présumée explique ne plus se souvenir de toute une partie de la soirée. Elle aurait repris connaissance alors que la réalisateur était en train de lui faire des attouchements. Le cinéaste dément formellement cette accusation, apprend-on via son avocat :

"Abdellatif Kechiche conteste catégoriquement la véracité de ces accusations émanant d’une personne qui n’a trouvé que ce moyen pour se faire connaître".

Publicité

Ce n'est pas la première fois que le réalisateur est accusé de comportements violents avec des femmes. Après que La Vie d’Adèle a reçu sa Palme d’or au Festival de Cannes, Léa Seydoux avait dénoncé le comportement d’Abdellatif Kechiche, notamment lorsqu’il l'avait encouragée à frapper Adèle Exarchopoulos, sa partenaire de jeu :

"Durant le tournage, j’ai dû la pousser sur une porte en verre en criant: 'Maintenant va-t’en !' [Adèle] s’est cognée sur la porte et s’est coupée. Elle saignait de partout et pleurait avec son nez qui coulait. Kechiche a ensuite dit : 'Non, on n’a pas fini. On la refait.'"

Le réalisateur avait là encore immédiatement répliqué, en dénonçant l’origine sociale de Léa Seydoux, la petite-fille de Jérôme Seydoux, le PDG de Pathé :

Publicité

"Si Léa n’était pas née dans le coton, elle n’aurait jamais dit cela. Elle fait partie d’un système qui ne veut pas de moi car je dérange."

Il y a un an, lorsque le scandale Weinstein a éclaté, l’actrice a rédigé une tribune pour le Guardian pour dénoncer les comportements masculins toxiques dans l’industrie du cinéma. Si elle y cite très clairement Harvey Weinstein, elle explique aussi qu’elle travaille souvent avec des "hommes qui méprisent les femmes".

Elle concluait :

Publicité

"Dans ce milieu, il est très fréquent de rencontrer des réalisateurs qui abusent de leur position. Ils sont très influents, c’est comme ça qu’ils s’en sortent. […] Un autre réalisateur avec qui j’ai travaillé filmait de très longues scènes de sexe qui duraient des jours. Il rejouait des scènes encore et encore dans une sorte de stupeur. C’était très grossier."

Impossible de ne pas reconnaître les pratiques du réalisateur, extrêmement méticuleux de réputation.

Par Lucille Bion, publié le 31/10/2018

Pour vous :