La Théorie Pixar : tous les films dans un seul et même univers ?

Un internaute a élaboré une vidéo plutôt bien ficelée qui tend à démontrer que tous les films Pixar se dérouleraient dans un même univers et seraient liés. Décryptage.

C'est bien connu, les fans de Pixar adorent élaborer des théories plus ou moins vraisemblables autour des films. Et après celle du mystérieux code A113, un internaute (Jon Negroni de son nom) est allé encore plus loin : selon lui, tous les films Pixar sont liés, et se déroulent dans un seul et même univers. Pour appuyer son argumentation dévoilée il y a quelques mois, il a réalisé une vidéo qui met en exergue tous les liens qui prouvent que Là-haut, Rebelle ou encore Monstres & Cie sont bel et bien connectés. Pour ce faire, Jon Negroni a mis le doigts sur des détails et autres références qui permettraient d'établir ces connexions.

(Vous pouvez activer les sous-titres en français en haut à droite.)

Publicité

La vidéo commence par l'un des derniers nés de la constellation Pixar : Rebelle. Son action se déroule certainement pendant la période la plus ancienne des films, l'Âge des Ténèbres. Il suit les aventures de Mérida (issue de la nouvelle génération de princesses fortes et indépendantes) qui découvre comment la magie peut changer les choses. Dans le long métrage, la jeune fille transforme (sans faire exprès) sa mère en ours.

Selon la théorie de Negroni, cet événement du film, qui serait donc le premier par sa chronologie, pourrait expliquer pourquoi les animaux de l'univers imaginé par le studio d'animation se comportent parfois comme des humains. L'autre élément très important concernant ce film est un personnage : la sorcière qui, par la suite, aura un rôle crucial dans un autre long métrage. Mais cette autre théorie sera explorée plus tard dans la vidéo.

Publicité

Des animaux intelligents

Un bond de quelques siècles plus tard, et on se retrouve plongé aux côtés des rats de Ratatouille qui sont bien la preuve que désormais (et donc selon la théorie, en raison du sort lancé dans Rebelle) certains animaux peuvent adopter des comportements humains. Mais Jon Negroni va encore plus loin. Selon lui, lorsque le chef Skinner (le méchant) s’aperçoit du comportement des rats dans sa cuisine, il en parle autour de lui. C'est ainsi que des années plus tard, Charles Muntz, l'un des personnages de Là-Haut, ayant vent de cette information, invente une machine qui permet à nos amis à quatre pattes de communiquer avec nous (comme Doug, le chien).

Alors que désormais, l'humanité connait le potentiel des animaux, s'étend au sein du monde Pixar une gigantesque révolution industrielle afin de notamment développer la technologie inventée par Muntz. Révolution qui commence dès le début du film Là-haut, alors que Carl, le retraité, est déjà obligé de quitter sa maison car une entreprise multinationale souhaite acheter son terrain pour y construire. Cette société, c'est Buy-n-Large (BNL) que l'on retrouve dans le film Wall-E, contrôlant tout.

Pour continuer sa théorie, Negroni fait un crochet par Les Indestructibles. Dans le film, le "méchant" est Buddy, un jeune fan éconduit par Monsieur Indestructible qui décide de se venger une fois adulte. Mais en réalité, le vrai danger du film serait l'intelligence artificielle de sa machine Omnidroid. Selon lui, les machines se seraient rendues compte que les super-héros (et leurs pouvoirs) seraient une menace pour elles. Pour les contrer, elles auraient manipulé Syndrome pour qu'il éradique toute menace possible – et dans une crise de folie, les humains aussi. Mais alors, pourquoi les machines en voudraient tant aux humains ?

Publicité

La machine contre l'homme

Cette théorie prend racine du côté de Toy Story. Dans le film, les jouets sont dotés de raison et d'émotion. Leur peur ? Être un jour jetés par les humains. C'est d'ailleurs ce qu'il finit par se passer dans chacun des trois volets, et au fur et à mesure, leur haine contre les Hommes grandit. Ainsi, objets et machines en veulent terriblement à l'humanité car, a priori, un jour ils seront obsolètes et donc détruits. À ce moment-là de la timeline Pixar, les super-héros ont presque disparus, ce qui fait que les humains sont vulnérables de nouveau, et donc que les machines peuvent librement prendre le pouvoir.

C'est ce qu'il se passe d'ailleurs mais de manière camouflée avec l'entreprise Buy n Large qui, après des années d'une industrialisation excessive, conduit à une grave pollution. C'est ainsi que la Terre devient une planète inhabitable pour les humains et les animaux, qui s'en vont vivre dans l'espace. Mais dans l'espace, les machines vont faire en sorte que les humains dépendent totalement d'elles pour, en quelque sorte, prendre leur revanche (comme dans Wall-E.)

Wall-E © Pixar

Wall-E © Pixar

Publicité

Pendant que les Hommes sont exilés dans l'espace, les machines peuplent toujours la Terre, et continuent d'adopter certains comportements humains. C'est le cas dans Cars. Mais de manière inévitable, les machines finissent par disparaître par manque d'énergie (et d'idées humaines probablement).

Retour à Wall-E, seul petit robot qui peuple encore la Terre des centaines d'années après le départ des humains. Mais qu'est ce qui fait qu'il puisse y survivre ? La vidéo explore la théorie selon laquelle ce serait la fascination du robot pour tout ce qui touche à l'humain avant son départ qui lui a permis de garder sa propre personnalité (et donc de ne jamais "mourir"). Avec nostalgie, il se souvient d'une époque où les humains et les machines cohabitaient en paix.

L'harmonie retrouvée

Finalement, grâce à la persévérance de Wall-E, les humains reviennent peupler la Terre. La vidéo souligne que dans le générique de fin, on voit un grand arbre qui ressemblerait comme deux gouttes d'eau à celui qui abrite la vie dans 1001 Pattes, ce qui expliquerait que l'on ne voit pas d'humains dans le film car ils sont encore trop peu à être revenus. De plus, les insectes de 1001 Pattes  sont encore plus développés que ne seront jamais les personnages de Ratatouille ou du Monde de Némo. Ils ont ainsi une vraie société, qui compte des écoles, des bars, etc. ; ce qui serait une évolution cohérente de la temporalité Pixar.

Des années après, l'harmonie entre machines, animaux et humains est enfin revenue. C'est de cette façon que se développe une nouvelle espèce : les monstres, qui seraient à l'origine d'une mutation des animaux après des années à vivre sur une Terre polluée. Ainsi, l'action de Monstres & Cie et de Monstres Academy se déroulerait dans un futur lointain, très lointain. Comme les humains, les monstres vivent dans des sociétés hiérarchiques et construites. Mais comme les machines avant eux, les monstres ont besoin des humains pour leur énergie (dans ce cas là, leurs cris). C'est ainsi qu'ils voyagent dans le temps à travers des portes pour récolter l'énergie dont ils ont besoin pour vivre. Tout cela aurait pu boucler la boucle de la théorie de l'univers unique de Pixar si Bouh n'était pas rentrée en jeu.

Oui, Bouh, la petite fille qui parvient à pénétrer le futur et se lier d'amitié avec Sully de Monstres & Cie. Mais à la fin du film, malgré son amour pour le montre bleu, elle est obligée de retourner dans sa chambre. C'est ainsi que, obsédée par l'idée de retrouver Sully, elle devient... une sorcière experte dans le voyage dans le temps. Et pas n'importe laquelle, c'est celle que l'on retrouve dans Rebelle. Consciente que les portes peuvent être sa passerelle pour retrouver Sully elle crée des portes pouvant remonter dans le passé aussi bien que dans le futur, et explore le temps.

Il est évident que cette théorie divise, même au sein des fans. Et même si certains éléments sont un peu tirés par les cheveux, d'autres pourraient logiquement l'appuyer. Alors, réalité ou volonté du studio de semer des (faux) indices ? Pour le moment, on n'en sait pas plus. Ainsi, chacun peut imaginer son histoire.

Par Constance Bloch, publié le 01/10/2014

Copié

Pour vous :